CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Article
  • 5 min

On vous refait la soirée d’anniv’ de Cannes 2017

  • Trois Couleurs
  • 2017-05-24

Cette année, vous l’aurez compris, Cannes souffle ses 70 bougies. Si vous n’êtes pas de la partie, don’t worry, on recréé pour vous la soirée d’anniversaire, qui a eu lieu hier soir (et on arrange quelques faits au passage).

19h30 : début de la teuf et intense défilé de célébrités sur et devant la scène du Grand Théâtre Lumière. On prend une inspiration : Pedro Almodóvar, Andrea Arnold, Jane Campion, Alfonso Cuarón, Guillermo Del Toro, Matteo Garrone, Michael Haneke, Alejandro Iñárritu, Ken Loach, George Miller, Nicolas Winding Refn, Jia Zhangke, Claude Lelouch. Et on expire. Ça fait beaucoup de têtes connues à visualiser tout ça.

19h40 : juste après avoir chopé Pedro (allez voir le photocall, on en a la preuve), Zaza Huppert et sa chevelure rousse ondoyante se posent sur la scène du théâtre. Elle semble se remettre de ses émotions, après qu’une vidéo-hommage sur sa carrière lui a rappelé que sa première fois devant la caméra, c’était dans Faustine et Le Bel été (1974), soit deux ans avant de nous faire profiter de ses vocalises sur ce plateau :

20h30 :  Interlude musicale. Camélia Jordana nous chante les B.O de La Leçon de Piano, Orfeu Negro et Un homme et une femme avec Babx ; Vianney sort sa guitare, fait des petits clins d’œil à l’assistance et nous rejoue des thèmes musicaux de films culte, avec Manu Katché et Laurent Vernerey : Pulp Fiction, Une si longue absence, Youth, Sailor et Lula, We Own the Night, Moulin Rouge. Et ça, ça nous donne furieusement envie de remettre la reprise d’Elvis par Nicolas Cage dans Sailor & Lula :

21h45 : Vincent Lindon clôture la before avec un message fort : « Nous fêtons les 70 ans du gardien d’une intégrité exigeante sans lequel le cinéma mondial ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui. Chacun de nous peut changer le monde, je suis de ceux qui pensent qu’un grand metteur en scène a ce pouvoir, que les actrices et les acteurs ont le devoir d’être choisis par les meilleurs, ceux qui portent en eux un univers immense et singulier, ceux qui n’hésitent pas à s’opposer aux idées reçues, qui cherchent à dire et à montrer plutôt qu’à plaire. »

Une conclusion poignante et émouvante. Les convives se jettent maintenant sur le Martini et on les a imités. Du coup, on n’a aucune info sur la suite.

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur