Cannes 2021CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • News
  • Article
  • 3 min

Mostra de Venise : découvrez le palmarès

  • Trois Couleurs
  • 2021-09-13

Outre la Française Audrey Diwan, couronnée du Lion d'or pour "L'Evénement", Jane Campion et Paolo Sorrentino sont repartis avec des trophées.

Samedi soir, le jury présidé par Bong Joon-ho (entouré de Saverio Costanzo, Virginie Efira, Cynthia Erivo, Sarah Gordon, Alexander Nanau et Chloé Zhao) a rendu son verdict, et couronné la réalisatrice française Audrey Diwan du Lion d'or pour son film L'Evénement. Adapté d'un récit autobiographique d'Annie Ernaux, il raconte sans détour et avec justesse l'histoire d'une jeune femme (Anamaria Vartolomei, véritable révélation) qui avorte clandestinement dans la France de 1963, où cet acte était encore illégal.

Vu à Venise : « L’événement », un film puissant sur l’avortement dans la France des années 60

Lire notre critique

Retour fracassant pour Jane Campion, après neuf ans d'absence au cinéma : la réalisatrice néo-zélandaise décroche le prix de la meilleure réalisation pour Le Pouvoir du Chien, une histoire de rivalités entre deux frères cowboys dans un ranch du Montana. Partant de cet univers ultra masculin, Jane Campion réinvestit l’imagerie viriliste du western pour mieux la tordre, et examine les malédictions de l'héritage.

Vu à Venise : « Le Pouvoir du Chien » , le retour de Jane Campion avec un troublant essai sur le masculin

Lire la critique

Bonne prise pour le réalisateur italien Paolo Sorrentino, qui repart avec le Grand Prix pour La Main de Dieu. Il y reprend les chemins sinueux de son enfance napolitaine, brisée par la mort de ses parents, et rythmée par l'arrivée de Diego Maradona dans le club local du SSC Napoli.

Côté interprétations, la Coupe Volpi a été remise à Penelope Cruz pour Madres Paralelas, sa nouvelle collaboration avec son Pedro Almodovar. Dans ce mélo flamboyant, la star espagnole campe Janis, une photographe de mode qui, s’apprêtant à faire le deuil de son désir d’enfant, tombe accidentellement enceinte et accouche le même jour qu'Ana, jeune fille à la vie familiale chaotique…

Le jury a aussi distingué le Philippin John Arcilla pour son rôle de journaliste en quête de vérité dans On the Job 2: The Missing 8. Il y joue un journaliste confronté aux fake news et à la corruption.

Vu à Venise : « Madres Paralelas », le flamboyant mélo de Pedro Almodóvar avec Penelope Cruz

Lire la critique

Maggie Gyllenhaal remporte quant à elle le Prix du meilleur scénario pour The Lost Daughter, adapté d'un roman d’Elena Ferrante. Olivia Colman y jour une prof solitaire, confrontée à ses démons quand elle voit débarquer une jeune mère (Dakota Johnson) et sa famille louche sur l’île grecque où elle séjourne. Un drame intranquille, anxiogène, qui déploie avec brio des figures maternelles dans leur infinie complexité.

Vu à Venise : « The Lost Daughter » de Maggie Gyllenhaal

Lire la critique

Enfin, le Prix spécial du Jury revient à l'Italien Michelangelo Frammartino pour Il Buco, dans lequel de jeunes spéléologues entame une exploration dans un village italien des années 1960. Une élégie rurale à la frontière du documentaire et de la fiction, où hommes et animaux sont filmés à la même hauteur.

Vu à Venise : « Il Buco », voyage au centre de la terre selon Michelangelo Frammartino

Lire la critique

Le palmarès complet :

Lion d'or du meilleur film : L'événement d'Audrey Diwan (France)

Lion d'argent -  Grand Prix du Jury : La main de Dieu de Paolo Sorrentino (Italie)

Lion d'argent - Prix de la meilleure réalisation : La part du chien de Jane Campion (Nouvelle-Zélande)

Prix d'interprétation féminine : Penélope Cruz pour son rôle dans Madres paralelas de Pedro Almodovar (Espagne)

Prix d'interprétation masculine : John Arcilla pour son rôle dans On the Job: The Missing 8 d'Erik Matti (Philippines)

Prix Marcello Mastroianni du meilleur espoir masculin ou féminin : Filippo Scotti pour son rôle dans La main de Dieu de Paolo Sorrentino (Italie)

Prix spécial du jury : Il Buco de Michelangelo Frammartino (Italie) Prix du meilleur scénario : Maggie Gyllenhaal pour The lost daughter (Etats-Unis)

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur