Festival de CannesCinémaCultureGEn.ALe magazine
  • Article
  • 2 min

LIVRE · « Le Dernier Vol » de John Monk Saunders : l'humeur fatiguée de la Lost Generation

  • Bernard Quiriny
  • 2022-07-22

Le nom de John Monk Saunders parlera aux fans de ciné hollywoodien des années 1920 : on lui doit plusieurs scénarios, dont celui des « Ailes » de William A. Wellman, carton de l’année 1927.

Distingué, séduisant, cet ex-pilote de l’US Air Service fait partie du gratin de Hollywood : il joue au golf avec Douglas Fairbanks, dîne avec les huiles de Paramount et épouse Fay Wray, rencontrée sur le plateau des Pilotes de la mort. Dans leur maison de Selma Avenue, ils reçoivent Charlie Chaplin, Georgia Hale ou William Hawks… Inspiré du voyage de Monk en Europe l’année précédente, Le Dernier Vol raconte les aventures de jeunes vétérans de l’armée de l’air américaine qui s’amusent, bavardent et picolent dans les palaces parisiens puis improvisent une virée en Espagne et au Portugal.

La ressemblance avec Le soleil se lève aussi d’Ernest Hemingway est si frappante que la critique parle de plagiat ; le livre est un échec, même si Saunders le fait adapter par William Dieterle. Traduit aujourd’hui par Philippe Garnier, qui l’assortit d’une préface passionnante, ce roman bâclé et pétillant a pris une patine, un charme anachronique et tapageur qui font oublier son côté superficiel. Avec ses coupes de champagne tristes et ses répliques désabusées, il condense l’humeur exubérante et fatiguée de la Lost Generation.

Le Dernier Vol (Single Lady) de John Monk Saunders, traduit de l’anglais (États-Unis) par Philippe Garnier (Quai Voltaire, 320 p., 24 €)

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur