CinémaCultureQUEER GAZEDIVINE GANGLe magazineCANNES 2023
  • Article
  • 2 min

La sélection musique par John Waters

  • Quentin Grosset
  • 2023-04-13

Aretha Franklin, Chet Baker : le pape du trash nous livre sa playlist perso.

Aretha Franklin

John Waters était dans le public des concerts d’Aretha Franklin au Fillmore West, célèbre salle de San Francisco, en mars 1971. La géniale chanteuse souhaitait alors toucher le public hippie en reprenant certains de leurs hymnes et des morceaux des Beatles. Bizarre, car le cinéaste détestait les hippies – mais la voix d’Aretha permet de dépasser tous les a priori.

> Aretha Live at Fillmore West (Atlantic, 1971)

DIVINE GANG · John Waters : « Une fois qu’il y a eu Avatar, un pénis qui parle, c’est rien ! »

Lire l'interview

Chet Baker

Dans son livre Monsieur Je-Sais-Tout (Actes Sud, 2021), John Waters nous explique : « Si vous êtes un junkie, le jazz est fait pour vous. Le be-bop est le son de l’héroïne, pas vrai ? Tout simplement. Tous les maîtres du jazz que j’ai aimés étaient des toxicomanes. » Et de citer Chet Baker, dont le pianiste Hal Galper définissait le style comme « le junkie beat ».

> Chet (Riverside, 1959)

Nino Rota

Dans sa jeunesse, John Waters écoutait toujours la B.O. de 8 ½ (1963) de Federico Fellini, composée par Nino Rota, alors qu’il était sous LSD avec la bande des Dreamlanders. Le côté fanfare de la musique qui accompagne les visions folles du personnage de cinéaste désabusé joué par l’acteur italien Marcello Mastroianni devait les mettre dans des états bien high.

> Federico Fellini’s 8 ½ (RCA, 1963)

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur