CinémaPETIT ÉCRANCultureQUEER GAZEDIVINE GANGI.A. QUOI ?Le magazine
  • Article
  • 2 min

À voir sur les plateformes : un néo western aux accents spielbergiens, la chronique d'une séparation et la cruauté de Michael Haneke

  • Lily Bloom
  • 2023-04-04

Notre sélection des pépites à ne pas manquer sur les plateformes de streaming en ce moment.

La Pianiste de Michael HANEKE (2001)

Michael Haneke avait dit à Isabelle Huppert« Je veux que ça soit tellement gênant pour le spectateur qu’il détourne les yeux de l’écran. » Mission réussie pour La Pianiste, de loin l’un des films les plus marquants du cinéaste autrichien (trois prix à Cannes). Oui, cette relation entre une pianiste austère à la sexualité masochiste et son élève (Benoît Magimel) qui sombre peu à peu dans la folie est difficile à regarder mais elle interroge surtout - sur la question du mal, sur le statut des images, sur le rejet de la société de consommation.

Dispo sur MK2 CURIOSITY.

Benoît Magimel : « On m’appelait le prince du silence, j’étais le cauchemar des journalistes »

Lire l'interview

Nope de Jordan Peele (2022) 

Un ranch isolé aux confins des terres hollywoodiennes, un frère et une sœur afro-américains réunis pour tenter d’élucider le mystère de la mort de leur père... et qui vont se retrouver dans une chasse aux ovnis follement ludique pour les spectateurs. Après Get Out et Us, Jordan Peele continue d’explorer les zones d’ombres, les impensés racistes et les rapports de forces à l’œuvre dans la société américaine mais emprunte cette fois la voie du spectaculaire. Satire de l’industrie du spectacle, néo western, film de science-fiction aux accents spielbergiens, Nope est beaucoup de choses mais ne s’égare jamais en chemin, au contraire, il galope comme le cheval de Muybridge. 

Dispo sur MYCANAL.

« Nope » de Jordan Peele : l'horreur indicible

Lire la critique

Jordan Peele : « Il existe une certaine fascination des Blancs pour la culture noire qui contribue à l’existence d’un racisme systémique »

Lire l'interview

Anatomie d’un divorce (série, 2022)

L’adaptation du livre de la journaliste américaine Taffy Brodesser-Akner est une dissection du couple hétérosexuel contemporain. Cruelle, douce-amère et très documentée, la série s’inscrit dans l’héritage de Scènes de la vie conjugale d’Ingmar Bergman. On y suit tout d’abord Toby, 41 ans, chirurgien New Yorkais fraichement divorcé de Rachel avec lequel il a deux enfants jusqu’au jour où cette dernière ne donne plus aucun signe de vie. Pourquoi ? Comment peut-elle faire ça ? La série devient alors totalement fascinante : elle bascule du point de vue de Rachel (sublime Claire Danes) et devient la chronique d’une catastrophe annoncée. 

Dispo sur DISNEY+.

Mon Roi de Maiwenn (2015) 

Une femme rencontre un homme séduisant, ils tombent amoureux, font un enfant…Mais ils ne vivent pas heureux pour l’éternité, non, leur amour est en réalité une emprise destructrice. Il faudra la violence d’un accident de ski pour que la femme en réchappe totalement. Que reste-t-il d’elle ? Comment a-t-elle pu se perdre ainsi ? Avec la folie, l’humour et la sensibilité qui la caractérisent, Maïwenn nous plonge dans l’intimité d’un amour toxique, pervers et dévastateur. Le film vibre, bouscule, passe sans transition du tragique au comique et nous emporte dans son énergie folle. Vincent Cassel et Emmanuelle Bercot (Prix d’interprétation féminine à Cannes) sont exceptionnels. 

Dispo sur NETFLIX.

La Petite Némo et le Monde des rêves de Francis Lawrence (2022) 

Une jeune orpheline découvre une carte secrète du monde onirique de Slumberland. Avec l'aide d'un hors-la-loi excentrique (Jason Momoa), elle passe d’un rêve à l’autre à la recherche de son père défunt. Le réalisateur de Hunger Games signe un joyeux film familial, à la croisée de Matilda et Inception, qui aborde avec délicatesse le deuil et le passage à l’adolescence. A voir en pyj’ avec ses mômes (dès 7 ans) le dimanche matin.

Dispo sur NETFLIX.

Le Sacrifice d’Andreï Tarkovski (1986) 

Un vieil écrivain réunit quelques amis pour son anniversaire, quand survient une catastrophe nucléaire mondiale. Tourné sur l’île de Gotland, l’ultime chef d’œuvre d’Andreï Tarkovski est un film-somme dans lequel on retrouve tout ce qui fait le cinéma du maître : des plans foudroyants de beauté, une quête mystique et une réflexion profonde sur l’humanité. Si Le sacrifice est un film sur fond d’apocalypse, celle-ci est à prendre dans son sens premier de révélation. Il faut « se taire » dira l’homme de mots, se taire pour vivre. 

Dispo sur LACINETEK.

Kirill Serebrennikov prépare une série sur la vie d’Andreï Tarkovski

Lire l'article

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur