CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Article
  • 2 min

Krzysztof Kieślowski vu par Marin Karmitz

  • Quentin Grosset
  • 2021-09-23

Cinéaste majeur du XXe siècle, le Polonais Krzysztof Kieślowski (1941-1996) est à l’honneur cet automne avec des ressorties de ses films en salles et DVD par mk2 et Potemkine Films, et une rétrospective à la Cinémathèque. L’occasion d'aller à la rencontre de ses plus proches collaborateurs. Aujourd'hui, Marin Karmitz, producteur de la trilogie "Trois couleurs" (1993-1994).

Qu’est-ce qui vous a amené à produire la trilogie Trois couleurs ?

Pour moi, le cinéma a un rôle dans la société, et cette responsabilité est liée à une éthique, un humanisme. J’ai toujours cherché ça chez les réalisateurs. J’ai eu envie de rencontrer Krzysztof Kieślowski, dont j’avais vu Le Décalogue. Il était de passage à Paris, il est venu à la maison. On a commencé à parler, pas de cinéma, plutôt des dix commandements. Il m’a dit : « Je voudrais faire un film sur la maxime “Liberté, Égalité, Fraternité”. » Cela m’était profondément intime car je suis un immigré juif accueilli par la France, qui a été bercé toute sa vie, depuis sa naissance en Roumanie, par cette maxime.

Pourquoi cette maxime prenait un sens particulier au moment où vous avez produit la trilogie ?

C’était après la chute du mur de Berlin, un moment capital dans l’histoire de l’Europe, qui a entraîné la mondialisation de l’économie et du système de communication, la disparition de l’idéologie « camp contre camp »… J’étais très sensible au fait que les trois films se situaient dans le contexte européen à partir de cette maxime qui a bercé l’Europe des Lumières. Nous nous sommes dit que nous ferions une trilogie à la fois en France, en Suisse, en Pologne. Les équipes correspondaient aussi à une certaine idée de l’Europe. Sur les tournages, on parlait au moins cinq langues.

Un podcast pour l’après-midi: Une balade à travers l’oeuvre de Krzysztof Kieślowski

Lire l'article

Quel sens cela peut avoir de revoir cette trilogie aujourd’hui ?

Avec le Covid-19, on voit à quel point l’Europe est nécessaire. On retrouve les frontières, et en même temps on a besoin de commander collectivement des vaccins, de partager avec nos voisins. « Liberté, Égalité, Fraternité »… Est-ce que l’Europe est encore capable d’accepter ces trois mots ? Je crois qu’on peut se poser cette question pays par pays, mais aussi dans l’Europe en tant qu’ensemble. Je ne sais pas y répondre. C’est à chacun d’entre nous d’y réfléchir et surtout d’essayer d’agir pour que cette réflexion ait du sens.

: Ressortie en salles de La Double Vie de Véronique et de la trilogie Trois couleurs en versions restaurées 4K inédites à partir du 6 octobre, et le 2 novembre en DVD et Combo Blu-Ray / Ultra HD HDR (Potemkine Films)

: Rétrospective Krzysztof Kieślowski,  du 29 septembre au 25 octobre  à la Cinémathèque française

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur