CinémaPETIT ÉCRANCultureQUEER GAZEDIVINE GANGI.A. QUOI ?Le magazine
  • I.A. QUOI ?
  • Article
  • 4 min

I.A. QUOI ? · Un surplus d’âme dans la chair à canon virtuelle

  • Julien Dupuy
  • 2024-01-26

L’édito de Julien Dupuy. Les amateurs de jeux vidéo les surnomment des PNJ, acronyme pour Personnages Non Jouables.

Très utilisés dans quantité de genre et en particulier dans les jeux en mondes ouverts, ces figurants numériques sont, la plupart du temps, cantonnés à de simples taches : restreints par les capacités de calcul des consoles et des ordinateurs, ils n’ont qu’une banque limitée de mouvements, d’expressions et bien entendu de dialogues. Les PNJ peuvent, ainsi, servir de proies faciles à un joueur avide de catharsis vidéoludique. C’est le cas, notamment, dans certains des formidables jeux de RockStar Games, comme Red Dead Redemption ou surtout la série des GTA.

Mais l’intrusion de l’I.A. dans le monde vidéoludique pourrait changer la donne. Depuis plusieurs mois, des développeurs exploitent, notamment, des générateurs de textes, pour étoffer les capacités des PNJ. Il sera ainsi désormais possible de nouer une conversation improvisée mais approfondie avec n’importe quel quidam croisé dans l’environnement virtuel.

Dans une ahurissante démo du studio Replica, une version améliorée du jeu Matrix Awakens montre le personnage jouable converser avec des PNJ qui expriment des réflexions quasi métaphysiques : « Je sais que je suis dans une simulation, mais je ne suis pas certain de vouloir connaître toute la vérité. »

Dans une autre démo, un internaute se moque d’un PNJ, qui se montre profondément heurté par ces paroles très dures. Et dans la même vidéo, on peut voir un PNJ sur le point de devenir violent parce que le joueur s’est rendu coupable d’une blague douteuse sur sa mère.

Cette évolution des jeux vidéos est évidemment pleine de promesse : elle pourrait améliorer l’immersion des joueurs dans un environnement virtuel, mais aussi modifier en profondeur leur rapport à l’univers qu’ils investissent. Car si certains jeux autorisent à ses utilisateurs d’adopter un comportement hautement immoral, c’est aussi parce que les PNJ ne sont que des coquilles vides, des pantins robotiques vidés de toutes substances.

En humanisant ces figurants virtuels insignifiants, en initiant une relation plus personnelle voire peut-être même intime entre eux et les joueurs, ce type de jeu cathartique sera-t-il encore possible ? Et serait-il possible qu’un jour prochain, on se questionne sur la responsabilité des joueurs mais aussi des développeurs vis-à-vis de personnages numériques au comportement de plus en plus humain ?

EN + Un article synthétique sur l’évolution des NPC (Non Playable Character), l’équivalent anglais des PNJ (en anglais). Lire l’article.

EN + Le point sur les PNJ dopés avec les I.A., avec vers 6min une démonstration, en VF, des capacités d’un outil mis en place par NVidia.

EN + Un vidéaste s’amuse à imiter tous les bugs que peuvent rencontrer les NPJ.

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur