Cannes 2021CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • News
  • Article
  • 3 min

"Bonne Mère" : le deuxième long d'Hafsia Herzi s'annonce pudique et sensuel

  • Trois Couleurs
  • 2021-06-07

L'actrice et réalisatrice y suit le parcours plein d'embûches d'une sexagénaire habitant un quartier familial de Marseille, et dont le fils est en prison.

En 2005, Hafsia Herzi crevait l'écran dans La Graine et le Mulet d'Abdellatif Kechiche - notamment lors d'une scène finale de danse orientale, où son mélange de vitalité et de férocité prenait toute son ampleur. Depuis, l'actrice vue dans L'Apollonide de Bertrand Bonello ou Persona non grata de Roschdy Zem est passée derrière la caméra avec Tu mérites un amour, dévoilé à la Semaine de la critique à Cannes en 2019.

La jeune réalisatrice y tissait, à partir d'un canevas classique (le chagrin d'amour inconsolable d'une héroïne jouée par Hafsia Herzi elle-même) un récit sensoriel sur la précarité des sentiments, la possibilité de vivre pleinement une passion sans y abandonner sa liberté.

Portrait: Hafsia Herzi, désir ardent

Lire l'article

Son nouveau film, Bonne Mère, fait désormais partie de la sélection Un certain regard à Cannes, dévoilée la semaine dernière (retrouvez la sélection ici). Pour l'occasion, le producteur Saïd Ben Saïd a dévoilé sa date de sortie (le 21 juillet 2021), son affiche ainsi qu'une bande-annonce solaire. Tourné dans la lumière chaude de Marseille, le film raconte l'histoire de Nora, femme de ménage, qui veille sur sa famille dans une cité des quartiers nord de Marseille.

Après une longue période de chômage, un soir de mauvaise inspiration, son fils aîné Ellyes s’est fourvoyé dans le braquage d’une station-service. Incarcéré depuis plusieurs mois, il attend son procès avec un mélange d’espoir et d’inquiétude. Nora fait tout pour lui rendre cette attente la moins insupportable possible… Au casting : Halima Benhamed, Sabrina Benhamed, Justine Grégory et Noémie Casari.

Le futur du cinéma selon…Hafsia Herzi

Lire l'article

D'après ces premières images, Bonne Mère (un titre qui rend hommage à Notre-Dame-de la Garde, basilique historique qui domine la baie de Marseille et est connue pour veiller sur ses habitants) s'annonce comme un portrait collectif et intergénérationnel à fleur de peau - celui d'une femme qui fait face à la précarité, d'une jeunesse vive qui chante malgré les conditions de vie difficiles, d'un jeune homme incarcéré qui doit préparer sa réinsertion.

"Mon scénario est né de l'observation d'une génération de femmes au contact desquelles j'ai grandi : ma mère, les amies de ma mère, les mères de mes amis, mes tantes... pour lesquelles j'éprouve un profond respect", a confié la réalisatrice à Challenges. Tout cela promet un film délicat et sensuel, écrit avec verve et nuance.

Image : Capture d'écran Youtube

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur