CinémaCultureLe magazine
  • News
  • Article
  • 7 min

Carla Simón, Jonás Trueba... Enquête sur le renouveau du cinéma espagnol

  • Tristan Brossat
  • 2022-12-09

L’Ours d’or à Berlin pour « Nos soleils » de Carla Simón ; Javier Bardem et Penélope Cruz nommés la même année aux Oscars ; les impressionnants « Pacifiction » d’Albert Serra et « As bestas » de Rodrigo Sorogoyen projetés le même jour à Cannes… Cette année, le cinéma espagnol a retrouvé des couleurs sur la scène internationale. Enquête sur les causes de cette réjouissante vitalité.

Depuis plusieurs mois, la frénésie festivalière du cinéma espagnol traduit une vita­lité qui impressionne par la quantité, la qualité et la variété des films produits. Une palette qui s’étend jusqu’au cinéma d’animation, qui n’était jusqu’alors pas vraiment le fort du cinéma ibérique. Après le sacre aux Oscar du court métrage d’Alberto Mielgo, The Windshield Wiper, le détonnant Unicorn Wars d’Alberto Vázquez (en salles le 28 décembre) a fait sensation au prestigieux festival international du film d’animation d’Annecy. Entre l’émotion suscitée par la veuve d’une victime de l’E.T.A. dans le thriller Les Repentis d’Icíar Bollaín et les rires que provo­quent Javier Bardem dans la comédie acide El buen patrón de Fernando León de Aranoa, il y en a pour tous les goûts.

« As Bestas » de Rodrigo Sorogoyen : terreur à la campagne

Lire la critique

« En Espagne, 35 % des aides vont à des femmes cinéastes. »

Plus qu’un frémissement, il semble s’agir d’un phénomène d’ampleur, dans lequel la France tient une place importante : le thriller franco-espagnol As bestas de Rodrigo Sorogoyen, avec Marina Foïs et Denis Ménochet, a cartonné, alors que les tourments polynésiens de Benoît Magimel dans le dernier film d’Albert Serra ont chamboulé les cinéphiles. Les coproductions franco-­espagnoles se multiplient et les festivals hexagonaux consacrés au cinéma hispanique sont en pleine forme. Le festival marseillais CineHorizontes a récompensé en novembre Nos soleils de Carla Simón et La maternal de Pilar Palomero, déjà auréolée de quatre Goyas – les Césars espagnols – l’année dernière pour Las niñas. Une visibilité des réalisatrices que l’on doit en partie aux efforts du gouvernement espagnol pour renforcer la diversité dans un secteur jusqu’alors très masculin. « Nous avons décidé depuis 2020 de réserver un minimum de 35 % des aides à la production à des films réalisés par des femmes », nous explique Beatriz Navas, directrice générale de l’Institut de la cinématographie et des arts audiovisuels (ICAA), rattaché au ministère de la Culture espagnol.

As bestas de Rodrigo Sorogoyen (c) Le Pacte

Berlinale : Ours d’or pour « Alcarràs » de Carla Simon

Lire l'article

Plus largement, l’arrivée au pouvoir en 2018 du gouvernement socialiste de Pedro Sánchez a amplement favorisé l’élan actuel, résultat de quatre années d’efforts financiers et de forte promotion des films à l’étranger, comme nous l’a indiqué Pilar Martínez-­Vasseur, co­directrice du festival du cinéma espagnol de Nantes et professeure en histoire et civilisation de l’Espagne contemporaine. « La droite et le Parti populaire ont toujours eu maille à partir avec un cinéma d’auteur très progressiste », rappelle-t-elle.

Une réconciliation difficile

Malgré le succès des films espagnols à l’étranger, la situation dans le pays est loin d’être réjouissante. « Il y a toujours eu un grand désamour du public et des critiques espagnols pour notre cinéma », nous explique Andrea G. Bermejo, rédactrice en chef du mensuel Cinemanía. « Il y a tout de même eu de belles exceptions ces derniers mois », souligne-t-elle, citant l’exemple de Nos soleils, qui a quasiment atteint les 400 000 entrées et dépassé les 2 millions d’euros de recettes. Des chiffres très rarement atteints pour un film d’auteur. « Ces dernières semaines, neuf films espagnols se sont classés dans le Top 20 du box-­office. C’est une proportion extraordinaire », se félicite de son côté la directrice générale de l’ICAA.

Nos soleils de Carla Simón (c) Pyramide Distribution

Les films d’auteur espagnols restent certes très loin des 2,4 millions de spectateurs de la comédie Padre no hay más que uno 3 et des 3,2 millions pour le blockbuster d’animation américain Les Minions 2. Mais l’accueil réservé par les Espagnols à Nos soleils couronne le talent de Carla Simón, découverte en 2017 avec Été 93, déjà récompensé du Prix du meilleur premier film à Berlin. Quand on demande à Éric Lagesse de Pyramide, distributeur de ces deux films, si le cinéma espagnol n’a pas eu tendance à éclipser ces derniers mois les films latino-américains, celui qui sortira en mars prochain le thriller colombien L’Éden, Prix de la Semaine de la critique à Cannes, et coproduit par une société française, rappelle qu’« au Mexique, en Argentine ou au Chili, le nombre de nouveaux films de qualité reste extrêmement impressionnant. Mais il semble en effet qu’il y ait en ce moment davantage d’envie du public français pour les films espagnols. » Un appétit qui peut s’expliquer en partie par les thèmes et l’audace des auteurs actuels.

« Carlos Saura ou Pedro Almodóvar ont surtout eu de l’influence sur la génération précédente. »

Nouvelle génération

Nos soleils, centré sur une famille de paysans sommée d’abandonner ses vergers au profit de panneaux solaires, symbolise l’intérêt renouvelé des cinéastes espagnols pour le thème de la ruralité. Dans son premier film, El agua, également présenté cette année à Cannes à la Quinzaine des réalisateurs, Elena López Riera s’intéresse aux croyances autour de la crue d’une rivière dans une bourgade du Sud-Est espagnol. Un nouveau regard sur cette Espagne abandonnée que Rodrigo Sorogoyen dépeint si bien dans As bestas, où il est cette fois question d’installation d’éoliennes au fin fond de la Galice. Les films de cette nouvelle génération de cinéastes mettent également en avant la question de la maternité, et fixent davantage leur regard sur l’adolescence.

« El Agua » d’Eleanor López Riera : une fascinante émancipation

Lire la critique

El Agua d’Eleanor López Riera (c) Alina Film-SUICA films-Les Films du Worso

Un thème finalement peu abordé depuis le chef-d’œuvre de Carlos Saura Cría cuervos… en 1976. « Je pense que Carlos Saura ou Pedro Almodóvar ont surtout eu de l’influence sur la génération précédente », avance José Luis Rebordinos, directeur du festival international du film de Saint-Sébastien. Sans observer de réelle révolution dans les formes cinématographiques, il se dit lui aussi impressionné par le nombre, la qualité et la diversité des films. Preuve de ce foisonnement, il considère que, outre les œuvres déjà citées, les nouveaux films de Carlos Vermut, Alberto Rodríguez, Isabel Coixet, Fernando Franco, Juan Diego Botto, Jaime Rosales, Isaki Lacuesta, Oriol Paulo ou encore Mikel Gurrea sont majeurs.

Elena López Riera : « Au-delà de la croyance, ce qui m’intéresse c’est la transmission »

Lire l'interview

« Je parlerais davantage d’un renouveau générationnel que d’un changement de paradigme », nous confie Jonás Trueba, l’un des réalisateurs les plus intéressants et singuliers de ce nouvel élan hispanique. Un artiste capable aussi bien de séduire avec un docu-fiction de trois heures quarante sur la jeunesse madrilène (Qui à part nous, 2021) qu’avec Venez voir (sortie le 4 janvier), comédie dramatique d’à peine plus d’une heure sur la société espagnole post-Covid. Il aura fallu attendre 2020 et son cinquième long métrage pour qu’on le découvre en France. « Quand je lui ai proposé de sortir Eva en août, il était hyper étonné, il disait que ça n’intéresserait pas le public français ! » se remémore Bénédicte Thomas, d’Arizona. « Le fait que ce film soit nommé pour le César du meilleur film étranger [en 2021, ndlr] a tout changé », poursuit-elle.

Jonás Trueba : « C’est important de sentir la caméra comme une amie, une confidente »

Lire l'interview

Qui à part nous de Jonás Trueba (c) Arizona

Les liens entre les deux pays se sont également resserrés « parce qu’il n’y a pas assez de public pour les films d’auteur en Espagne. Pour financer ces films, il faut donc les copro­duire avec d’autres pays. Cela permet aussi de les rentabiliser en les faisant voyager à l’étranger », analyse Andrea G. Bermejo. « La France, partenaire essentiel et naturel, est le pays avec lequel nous coproduisons le plus, suivi de près par l’Argentine », indique la directrice générale de l’ICAA. Outre les aides spécifiques au cinéma, le gouvernement espagnol a annoncé en 2021 son ambition d’augmenter de 30 % la production audio­visuelle sur son territoire d’ici 2025. L’idée est de transformer le pays en « hub audiovisuel de l’Europe », grâce au large fonds de relance post-Covid lancé par Bruxelles.

« La cinéphilie espagnole s’est beaucoup diversifiée à partir des années 1990. »

Tout l’enjeu pour l’ICAA est désormais de trouver un juste équilibre entre le soutien aux films commerciaux rentables et l’aide à un cinéma d’auteur capable d’étendre le rayonnement culturel du pays. Sans oublier la puissance des plateformes pour renforcer l’image de l’Espagne dans le monde. Après avoir ouvert en 2019 à Madrid ses premiers studios en dehors des États-Unis, Netflix vient d’annoncer un doublement de sa capacité de production en Espagne. De quoi édifier de nouvelles Casa de papel, avec l’appui du gouvernement qui s’est immédiatement réjoui de la nouvelle. Le soutien renforcé de l’État est indispensable pour se remettre de la crise sanitaire. Son impact sur le secteur a été bien plus violent qu’en France. D’ailleurs, l’ampleur de l’aide financière au cinéma dans l’Hexagone force toujours l’admiration des Espagnols.

« Eva en août » de Jonás Trueba : un délicieux conte rohmérien

Lire la critique

Venez voir de Jonás Trueba (c) Arizona

Cinéphilie retrouvée

« Il ne faut pas non plus oublier la crise de 2008, qui a conduit à un effondrement de la production en Espagne », rappelle Fernando Ganzo, corédacteur en chef adjoint des Cahiers du cinéma. « La vitalité que l’on observe ces derniers mois est peut-être le signe d’un retour progressif à la normale, plutôt qu’un phénomène véritablement nouveau, nuance-t-il. Et l’intérêt des Français pour les films espagnols ne date pas d’hier. Que ce soit pour Luis Buñuel, Carlos Saura ou Pedro Almodóvar, mais aussi pour le cinéma de genre de Vicente Aranda, ou plus récemment d’Álex de la Iglesia et de Paco Plaza. La cinéphilie espagnole s’est toutefois beaucoup diversifiée à partir des années 1990, grâce à Internet et à l’émergence de nombreux festivals, au-delà de Saint-Sébastien et de Valladolid », souligne Fernando Ganzo. La redécouverte, voire la découverte, de tout un pan de la cinématographie espagnole participe également de ce dynamisme.

La Cinémathèque française consacrera l’été prochain une rétrospective à Eloy de la Iglesia, figure majeure du cinéma de genre espagnol méconnue chez nous. La France semble plus que jamais acquise à la cause espagnole. Mais, si Rodrigo Sorogoyen avait réussi à fédérer le public local en trouvant le juste équilibre entre grand spectacle et auteurisme avec Que Dios nos perdone (2017) puis El reino (2019), il semble s’être coupé d’une partie des spectateurs espagnols avec Madre (2020) et As bestas, davantage tournés vers la France. Ce dernier film, le troisième à être coproduit par la société hexagonale Le Pacte (également distributeur), n’est d’ailleurs sorti en Espagne qu’en novembre (à peine plus de 100 000 spectateurs quand on écrit ces lignes), quatre mois après son arrivée en France (près de 330 000 entrées). Séduire à la fois son propre public et le monde, voilà le grand défi que le cinéma espagnol doit encore relever.

Illustrations : Anna Parraguette

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur