Cannes 2021CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Article
  • 5 min

En vidéo, ces gros plans qui intensifient les émotions chez John Cassavetes

  • Trois Couleurs
  • 2017-09-25

Dans Faces (1968), Shadows (1969) ou Une femme sous influence (1974), John Cassavetes s’approche au plus près du visage de ses acteurs. Et en se focalisant ainsi sur eux, le réalisateur décuple les émotions qu’ils sont en train d’afficher, de la colère tonitruante au sourire légèrement esquissé. Cette mise en scène a un effet immédiat sur le spectateur : quand Mabel Longhetti (Gena Rowlands), l’héroïne d’Une femme sous influence, pète les plombs, on est comme pris dans sa tourmente. Merci à Colin Earner pour cette vidéo, qui nous donne des frissons !

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur