Festival de CannesCinémaCultureGEn.ALe magazine
  • Critique
  • Article
  • 2 min

Notre guide des films à ne pas manquer cette semaine

  • Trois Couleurs
  • 2022-06-28

En salles dès le 29 juin : le nouveau thriller romantique de Park Chan-wook, un road-movie avec Marina Foïs et Benjamin Voisin ou encore un terrassant diptyque israélien.

Pour les amateurs de cluedo → DECISION TO LEAVE de Park Chan-wook

Inspecteur de police coréen expérimenté, Hae-Joon (Park Hae-il) enquête sur la mort mystérieuse d’un homme. Quand il commence à soupçonner l'épouse du défunt (Tang Wei), le détective ressent une attirance irrépressible pour cette femme d’origine chinoise... Un jeu de piste à la Hitchcock + une esthétique pleine de mirages stylistiques = un thriller sentimental envoûtant à ne pas manquer (ce n'est pas pour rien qu'il a remporté le prix de la mise en scène à Cannes cette année).

« Decision To Leave » de Park Chan-wook : vertigineux thriller sentimental

Lire la critique

Pour celles et ceux qui ne sont jamais malades en voiture → EN ROUE LIBRE de Didier Barcelo

Louise, infirmière épuisée par ses gardes de nuit (Marina Foïs) se rend soudainement compte qu’elle est incapable de sortir de sa voiture. La voilà condamnée à rouler sans but jusqu’à ce que, la nuit venue, Paul (Benjamin Voisin) kidnappe le véhicule et elle avec… 
Un road movie au rythme impeccable et aux dialogues ciselés, qui prouve, s’il en était encore besoin, que la bonne comédie est d’abord une mécanique de précision.

« En roue libre » de Didier Barcelo : un road trip tendre et ciselé

Lire la critique

Pour découvrir une fratrie fusionnelle → CAHIERS NOIRS de Shlomi et Ronit Elkabetz

Dans ce diptyque émouvant, Shlomi Elkabetz rend un sublime hommage à sa sœur disparue en mêlant archives familiales en vidéo et extraits de son oeuvre commune avec Ronit Elkabetz, tout en poursuivant son travail sur la prégnance du patriarcat dans la société israélienne. Traversé par l'urgence, son film est un cri de colère retentissante contre les tabous de la société israélienne.

EN SALLES ÉGALEMENT

Arthur. Malédiction de Barthélemy Grossmann

Ce film d’épouvante, produit par Luc Besson, imagine l’angoissante virée d’un groupe d’ados sur le lieu de tournage d’Arthur et les Minimoys (de Besson), dont l’un d’eux est fan.

Image (c) Bac Films/Copyright Bac Films/Stephanie Branchu

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur