Festival de CannesCinémaCultureGEn.ALe magazine
  • News
  • Critique
  • Article
  • 2 min

« Victoria » : la comédie jubilatoire de Justine Triet diffusée sur Arte

  • Raphaëlle Simon
  • 2022-02-23

Si vous ne l’avez pas encore vu, on vous conseille de ne pas louper ce film, diffusé ce soir à 21h sur Arte puis disponible en replay jusqu’au 24 mars, qui a révélé en 2016 tout le talent de la lumineuse Virginie Efira. On reposte pour l’occasion notre critique, publiée à l’époque de la sortie du film.

Si la comédie est cool aux États-Unis, avec des productions à la fois auteur et mainstream à la Judd Apatow, le genre est traditionnellement plus snobé en France. C’était sans compter l’arrivée en force d’une gaillarde nouvelle garde venue redorer le blason de la comédie française. Alors aux côtés de Yann Gonzalez ou Antonin Peretjatko, Justine Triet a confirmé avec ce deuxième long métrage qu’en France aussi un film peut être à la fois drôle et intelligent, grand public et hyper maîtrisé. 

Avocate, Victoria Spick (Virginie Efira, devenue la figure chic de la comédie d’auteur avec son jeu élégant et mesuré), accepte de défendre un ami (Melvil Poupaud) accusé de tentative de meurtre par sa petite amie et qui a pour seul témoin son dalmatien. Mère célibataire, Victoria accepte à contrecœur d’embaucher un ancien client accusé de trafic de drogue (Vincent Lacoste) comme baby-sitter. De mauvais choix en coups du sort, la jeune femme sombre dans une drôle de dépression. 

Justine Triet : « À partir du moment où les personnages féminins sont complexes, on est dans une forme de féminisme »

Lire l'entretien

Après La Bataille de Solférino, tourné à l’arraché le jour du deuxième tour de l’élection présidentielle de 2012, Victoria s’inscrit dans une autre dynamique : gros budget, gros casting, scénario très (bien) écrit – les personnages, aussi secondaires et timbrés soient-ils, sont tous d’une consistance rare, et les dialogues, impeccablement ciselés. 

Justine Triet va réaliser son quatrième long-métrage

Lire l'article

Peaufinant son sens du rythme et de la formule, Justine Triet livre une délicieuse comédie d’introspection, avec son héroïne allenesque qui se remet en (mauvaises) question(s) à coup de séances ubuesques chez le psy («J’aimerais comprendre là où ça a merdé chimiquement dans ma vie»), la voyante, ou l’acupuncteur. Mélangeant les genres (le film de procès, la satire, le drame, la romance), renversant les codes et les clichés (la femme a le pouvoir et l’argent, l’homme est maternel et sentimental), sa comédie dépressive a le même esprit de contradiction que son héroïne des temps modernes («Tu as le sens du drame, tu me fais peur», lui confiera son prétendant) – et nous charme tout autant.

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur