Festival de Venise 2022CinémaCultureLe magazine
  • Article
  • 2 min

Vu au festival du cinéma de Brive : « S’il-vous-plaît arrêtez tous de disparaître »

  • Quentin Grosset
  • 2022-04-08

L’autrice et metteuse en scène Laura Thomassaint (« Réunion de personnes sensibles», « Je ne voudrais en aucun cas qu’on ne me vole ma mort») saisit avec beaucoup de sensibilité et de mystère le vertige du deuil dans son fascinant premier moyen métrage, l'un des plus touchants de la compétition.

L’intrigue du film prend la forme de son titre, celui d’un appel déchirant, une exhortation condamnée à rester dans le vide, sans réponse, puisqu’elle s’adresse aux disparus. Peu importe cette réalité, Ferdinand choisit de conjurer le sort, et de continuer à parler à son frère Victor, mort prématurément à la fin des années 1990.

Quelques années après, sur un chat internet, il rencontre Eliott, un jeune garçon qui accepte de se faire passer pour Victor au téléphone – un jeu de nécromancie à la Vertigo qui fait du bien à la fois à l’un et à l’autre, mais mettra Ferdinand dans une tension avec sa famille.

Captant ces échanges téléphoniques comme une échappée, un brouillage dans le temps, la cinéaste retranscrit autant le tragique de la situation, que la beauté trouble de la relation qu’elle crée, une sorte de pacte tacite et secret. Alternant avec de longs plans sur des routes sombres et embrumées, réminiscences douloureuses de l’accident de Victor, elle nous désoriente quelque part entre la mémoire et la fiction, nous plongeant dans l’abîme qu’elles peuvent représenter.

Vu à Visions du réel : « Fire of Love » de Sara Dosa

Lire l'article

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur