Festival de Venise 2022CinémaCultureLe magazine
  • News
  • Critique
  • Article
  • 2 min

Vu au festival du cinéma de Brive : « Lake Forest Park » de Kersti Jan Werdal

  • Quentin Grosset
  • 2022-04-11

La cinéaste américaine Kersti Jan Werdal signe un moyen métrage sublime, simplement composé d’instants suspendus dans la vie d’un groupe d’ados américains, un peu comme un teen movie dépourvu d’intrigue. Le film a reçu une mention spéciale du jury.

Comme en retrait, ne s’instillant jamais au cœur des conversations dont on n’entend qu’un bruit sourd, la caméra de la cinéaste américaine Kersti Jan Werdal filme un groupe d’ados dans des lieux qui évoquent tout de suite les teen movies américains : un terrain de basket, une bibliothèque, les couloirs d’un lycée…

On a l’impression d’un mash up de tous les moments de pause dans ces films, où l’on pourrait nous-mêmes projeter une infinité de microfictions, et faire notre propre montage. Le sentiment qui finit par primer est celui de l’absence, suite à la mort violente d’un des membres de la bande – on l’apprend en vitesse, de manière presque imperceptible, par une info à la radio.

Vu au festival du cinéma de Brive : « Planète triste » de Sébastien Betbeder

Lire l'article

Pour distiller cette impression d’abandon, Kersti Jan Werdal fait preuve d’un grand talent de paysagiste : l’environnement, à la fois urbain et herbeux, celui du Nord-Ouest de l’Etat de Washington, près de Seattle, apparaît dans tout ce qu’il a de désolé, d’embrumé ou de pluvieux. Une méthode qui rappelle celle du cinéaste James Benning, dont le film Landscape Suicide (1987) est explicitement cité – lui revenait sur des crimes en Californie, captant la sidération que ceux-ci ont provoqué, en filmant des lieux vacants.

On pense aussi à D’Est de Chantal Akerman, où la seule dramatisation est celle occasionnée par la contemplation des visages, des corps se mouvant dans des zones perdues. C’est avec le même talent à débusquer les secrets dans les images que Kersti Jan Werdal nous plonge dans un état d’égarement, une vague tristesse. Jusqu’à ce plan magnifique où l’on surprend un baiser, l’un des plus beaux vus dernièrement au cinéma.

Vu au festival du cinéma de Brive : « S’il-vous-plaît arrêtez tous de disparaître » de Laura Thomassaint

Lire l'article

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur