CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Article
  • 5 min

« Dans un jardin qu’on dirait éternel » de Tatsushi Ōmori : un portrait intimiste entre tradition et nouvelles vibrations

  • David Ezan
  • 2020-08-26

Le Japonais Tatsushi Ōmori poétise le rituel inaliénable de la cérémonie du thé dans ce film aussi rigoriste qu’empreint d’une profonde tendresse.

Dans le Japon des années 1990, Noriko, étudiante indécise, accompagne sa cousine Michiko au cours de Mme Takeda – la grande Kirin Kiki, dans son dernier rôle au cinéma avant son décès en 2018 –, professeure intransigeante de l’art du thé. Le déploiement si singulier du récit, embrassant la précision des gestes et la répétitivité des exercices à mesure que les deux jeunes femmes s’initient, distille une telle pesanteur que l’on ressent physiquement l’exigence de la pratique.

À lire aussi : À voir : 64 bijoux de l’animation japonaise en version restaurée 

Au-delà du tableau certes saisissant de cette tradition, le cinéaste pénètre l’intériorité de Noriko avec une rare acuité et, au rythme des saisons, il donne à voir l’éclosion de cette femme-enfant. Plus qu’un épanouissement individuel, Tatsushi Ōmori filme l’abandon de Noriko aux vibrations du monde – du ruissellement de l’eau aux gouttes de matcha pendues à son bol. Du minimalisme de la mise en scène, il tire pourtant ce qu’il y a de plus dense : le portrait d’une femme qui, à force de passion et d’apprentissage, trouve un sens à sa vie.

: de Tatsushi Ōmori, Art House (1 h 40), sortie le 26 août

Image : © Art House

 

Tags Assocíes

  • critique
  • Dans un jardin qu'on dirait éternel
  • Japon
  • Tatsushi Ōmori

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur