Festival de CannesCinémaCultureGEn.ALe magazine
  • News
  • Article
  • 2 min

À voir sur mk2 curiosity : « S... Sa... Salam... Salammbô… » de Bertrand Mandico

  • Trois Couleurs
  • 2022-02-24

En 2013, le réalisateur de la fable dystopique « After Blue (Paradis sale) », en salles en ce moment, s'appropriait le mythe de la déesse Salammbô pour déployer une variation cruelle et psyché sur la vieillesse.

Chez Bertrand Mandico, le passé est un territoire onirique et inquiet, saturé d'images mutantes. Dans ce court-métrage, le réalisateur s'approprie la figure historique Salammbô, prêtresse carthaginoise dont Flaubert s'inspira pour son célèbre roman historique éponyme. De l'univers de l'écrivain, marqué par un orientalisme sensuel et violent, Mandico s'éloigne radicalement. Sa Salammbo, jouée par Elina Löwensohn, est devenue une vieille femme à la peau flétrie, agonisant seule sur une île nordique. Hantée par ses souvenirs, l'ancienne princesse reçoit la visite du fantôme de sa jeunesse, qui la martyrise cruellement.

« After Blue (Paradis sale) » de Bertrand Mandico : nouveau(x) monde(s)

Lire la critique

Pour figurer ce double maléfique, Bertrand Mandico a eu l'idée géniale d'en faire une présence bleutée et diamantée, qui apparaît en surimpressions à l'écran. Au cours de cette torture ponctuée de rires maléfiques et de cris agonisants, la jeune femme que fut Salammbô ne cesse de renvoyer son moi d'aujourd'hui à sa décrépitude : elle lui chatouille les fesses avec sa langue, urine sur sa tête dans son sommeil, se moque de ses seins tombant.

« Conan la barbare » : Bertrand Mandico nous présente sa prochaine œuvre monstre

Lire l'article

Le décalage entre le prosaïsme grotesque des sévices infligés contraste avec la beauté magnétique de certains plans - un particulièrement, où Salammbo jeune fait courber l'échine à son moi d'antan à l'aide d'une fumée qui sort de ses entrailles. En sept minutes, sans effets spéciaux, Bertrand Mandico livre un essai lascif et érogène sur les tourments de la vieillesse, mettant en scène le spectacle d'une mise à mort, celle d'une divinité qui n'est plus rien sans sa beauté.

Pour voir le film, cliquez ici.

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur