Cannes 2021CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Article
  • 5 min

Climax de Gaspar Noé : tripes sous acides

  • Quentin Grosset
  • 2018-09-04

Climax de Gaspar Noé, c’est Dirty Dancing, mais alors en vraiment dirty. C’est simple : la première partie du film, bouillante et frénétique, donne envie de prendre mille drogues et de passer le restant de ses jours en rave, quand la seconde, cauchemardesque et chaotique, incite à passer au thé vert… En février 2018, Noé a réuni un groupe de danseurs (on reconnaît le DJ, producteur et danseur Kiddy Smile) dans un hangar et a réalisé un film en totale impro, en quinze jours. La troupe communie sur une B.O. très disco et house, et enchaîne les mouvements voguing, wacking et krump, tandis que Noé et le chef op virtuose Benoît Debie nous galvanisent en captant cette fièvre collective de façon ultra immersive. Puis tout vrille, et on n’en dira pas trop mais la fête dégénère en film d’horreur. On pense alors à la fin de Carrie au bal du diable en plus techno, ou aux transes possédées des Maîtres fous de Jean Rouch en plus acid. Puissante montée, descente d’enfer.

Climax de Gaspar Noé
Wild Bunch (1h35)
Sortie le 19 septembre

Tags Assocíes

  • critique

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur