CinémaCultureQUEER GAZEDIVINE GANGLe magazineCANNES 2023
  • News
  • Critique
  • Article
  • 2 min

« Les Feuilles mortes » d’Aki Kaurismäki : l’espoir contre-attaque

  • Damien Leblanc
  • 2023-05-24

Sublimant son goût pour les amoureux solitaires, le cinéaste finlandais signe une irrésistible fable politico-sentimentale très ancrée dans le présent, où la croyance romantique constitue l’ultime rempart contre les angoisses de guerre généralisée.

Le film a obtenu le Prix du jury au Festival de Cannes 2023.

En quarante ans de carrière et une vingtaine de films remplis de chaleureuse mélancolie, de cadrages millimétrés et de critiques des injustices économiques, Aki Kaurismäki a su créer un style cinématographique reconnaissable entre mille. Mais plutôt que de se reposer sur ses acquis et sur la seule nostalgie, le cinéaste - de retour six ans après L’Autre côté de l’espoir – délivre avec Les Feuilles mortes un opus à la toile de fond très contemporaine, faisant dès le départ entendre des flashs radiophoniques qui relatent l’actuelle guerre en Ukraine (flashs que l’on entendra régulièrement tout au long du film) dont on sait qu’elle préoccupe particulièrement la Finlande qui possède plus de 1000 kilomètres de frontière avec la Russie.

« Les Feuilles mortes » d’Ari Kaurismäki se dévoile dans une première bande-annonce mélancolique

Lire l'article

Comme pour tenter de contrer cette triste situation, le film narre la rencontre à Helsinki entre deux quadragénaires solitaires et désargentés qui vont chacun voir en l’autre la possibilité d’un amour. Lui s'appelle Holappa (Jussi Vatanen) et est ouvrier précaire sur des chantiers. Elle se prénomme Ansa (Alma Pöysti) et va de petits boulots en petits boulots dans des supermarchés et des bars. Leur histoire sentimentale sera semée d’embûches en tous genres, parmi lesquelles l’alcoolisme dévorant du garçon, mais Kaurismäki dynamise ce chassé-croisé amoureux en entourant le duo d’une myriade de micro-situations hilarantes qui confèrent vitalité et engagement au tableau général.

Plusieurs dialogues montrent ainsi des femmes se plaindre de façon cinglante de la médiocrité des mâles, aspect qui fait écho à la relation d’Holappa et Ansa où cette dernière fait à un moment donné la majorité des efforts. Parsemé de clins d’œil cinéphiles à Jim Jarmusch, Charlie Chaplin ou Robert Bresson, le film trouve son supplément d’âme dans une dernière partie qui glorifie la nécessité de lutter pour garder espoir en l’avenir. Ne pas renoncer au cynisme ni à l’abattement et croire encore aux vertus de la solidarité, voilà un des plus exaltants programmes que pouvait offrir cette année la compétition cannoise.

Images (c) Sputnik Oy / Pandora Film, Foto: Malla Hukkanen

Le Festival de Cannes se tiendra cette année du 16 au 27 mai 2023. Tous nos articles sur l’événement sont à suivre ici.

Jim Jarmusch : « J’ai toujours été du côté des vampires »

Lire l'entretien

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur