CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Paradiscope
  • Article
  • 3 min

« American Crime Story, Impeachment » : le scandale Clinton-Lewinsky à la loupe

  • Nora Bouazzouni
  • 2021-10-28

Après l’affaire O. J. Simpson et le meurtre de Gianni Versace, la série sur les grandes affaires criminelles américaines se penche sur le scandale Clinton-Lewinsky en donnant la parole aux intéressées.

L’histoire est ancienne, on croyait la connaître, mais elle n’avait jamais été racontée du point de vue de ses protagonistes femmes : Paula Jones, Monica Lewinsky, Linda Tripp. La première porte plainte en 1994 contre Bill Clinton, alors président des États-Unis, qu’elle accuse de harcèlement sexuel lorsqu’il était gouverneur de l’Arkansas. Déboutée, la jeune femme retire sa plainte et accepte un règlement à l’amiable (850 000 dollars, déboursés par les assureurs de Clinton et qui n’ont même pas couvert les honoraires de ses avocats). Mais ce procès permet l’arrêt historique « Clinton vs Jones », dans lequel la Cour suprême établit, à l’unanimité, que le président ne dispose d’aucune immunité pour des procédures civiles concernant des faits antérieurs à son mandat.

Ryan Murphy prépare une adaptation de Stephen King pour Netflix

Lire l'article

Le procès amorce aussi la mécanique du scandale, lorsque les avocats de la plaignante citent à comparaître plusieurs jeunes femmes qui auraient eu des relations avec Clinton, dont… Monica Lewinsky, ancienne stagiaire à la Maison-Blanche. Sauf que cette dernière nie, et Clinton aussi. Ce parjure du président permet au procureur Kenneth Starr de l’inculper pour faux témoignage et obstruction à la justice, ce qui précipite la procédure de destitution en 1998 – qui n’aboutira pas, Clinton étant acquitté en 1999 par le Sénat. Et Linda Tripp ? Cette fonctionnaire, devenue la confidente de Lewinsky, n’a jamais digéré son éviction de la Maison-Blanche et a enregistré secrètement ses conversations personnelles avec la jeune femme, de vingt-quatre ans sa cadette, qu’elle a confiées au procureur Starr, en échange de l’immunité mais sans l’accord de l’intéressée.

American Crime Story. Impeachment raconte donc l’histoire de ces trois femmes, en s’inspirant du best-seller de Jeffrey Toobin A Vast Conspiracy. The Real Story of the Sex Scandal That Nearly Brought Down a President (son livre précédent, sur l’affaire O. J. Simpson, avait servi de canevas à la formidable première saison de la série créée par Ryan Murphy). Mais elle met surtout en lumière les manœuvres politiques d’une ultradroite (dont la polémiste conservatrice Ann Coulter) prête à tout pour renverser le démocrate Bill Clinton et qui vit en Paula Jones puis en Monica Lewinsky (Beanie Feldstein, dont le jeu tout en fragilité contraste avec le portrait au vitriol brossé par les médias de l’époque) ses femmes providentielles, sans se soucier des conséquences de sa campagne médiatique et judiciaire pour celles-ci. Prises au piège d’un billard à trois bandes impitoyable, trahies, humiliées par les médias, les voici enfin réhabilitées, actrices de leur propre histoire.

American Crime Story, Impeachment, le 28 octobre sur Canal +.

Image (c) Twentieth Century Fox Film Corporation and FX Productions, LLC.

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur