CinémaPETIT ÉCRANCultureQUEER GAZEDIVINE GANGI.A. QUOI ?Le magazine
  • News
  • Article
  • 5 min

10 fun facts à connaître sur les Oscars

  • Enora Abry
  • 2024-03-07

La 96ème édition des Oscars aura lieu ce 10 mars à Los Angeles. Les yeux sont braqués sur notre Justine Triet nationale, à qui l'on souhaite de remporter la statuette dorée du Meilleur film (qui, sachez-le, vaut 18 000 euros). Avant de connaître les lauréats, la rédac’ a déniché 10 fun facts qui ont marqué les précédentes cérémonies.

#1 Walt Disney, recordman des Oscars 

Le chouchou des Oscars est de loin le créateur de la petite souris la plus célèbre du monde. Walt Disney a remporté 22 statuettes (il ne devait plus avoir de place sur sa cheminée) depuis son premier prix en 1932, dans la catégorie court-métrage d’animation pour Des arbres et des fleurs. Depuis, les victoires se sont enchaînées au rythme d'un Oscar glané par an. Ses prix ne se sont pas limités à l’animation : outre les Oscars d’honneur, Walt Disney s'est illustré dans le documentaire (Le Désert vivant, La Grande Prairie). Jusqu’à la fin de sa vie, il a continué de dominer la cérémonie - un Oscar posthume lui a même été décerné en 1969 pour Winnie l’Ourson dans le vent

Le saviez-vous ? Lorsque Walt Disney a obtenu un Oscar d’honneur pour l’immense succès Blanche Neige et les Septs Nains en 1938, sa grande statuette classique était accompagnée de sept petites (vous avez le clin d'oeil, on le sait).

#2 Trois films ont remporté le “Big Five” 

Avoir un Oscar c’est bien, remporter le “Big Five” c’est mieux. Le “Big Five” se compose des cinq Oscars les plus convoités, à savoir : meilleur film, meilleure réalisation, meilleur acteur, meilleure actrice et meilleur scénario. La recette du film parfait en somme. Et seuls trois long-métrages ont réussi cet exploit. 

Claudette Colbert et Clark Gable dans New-York Miami

En 1935, New-York Miami de Frank Capra ouvre la voie. Cette histoire sur la fugue d’une jeune fille gâtée, et sa rencontre avec un journaliste opportuniste, a su séduire le public et les membres de l’Académie des Oscars. Bingo pour l’actrice principale, Claudette Colbert, première Française à avoir remporté la statuette.

Quarante ans plus tard, Vol au-dessus d'un nid de coucou de Miloš Forman - film sur un petit voleur qui se fait passer pour fou dans un asile - décroche à son tour le “Big Five”. Jack Nicholson repart ainsi avec son premier Oscar (deux autres suivront pour Tendres Passion en 1984 et Pour le pire et le meilleur en 1998).

Le dernier à avoir accompli le quasi miracle du “Big Five” est Le Silence des agneaux de Jonathan Demme en 1992 - un thriller glaçant adapté d’un roman de Thomas Harris. Jodie Foster a ainsi obtenu sa deuxième statuette après Les Accusés en 1989 et Anthony Hopkins est reparti avec son premier prix (un autre suivra en 2021 pour sa performance de vieil homme atteint d'Alzheimer dans The Father). 

Oscars 2024 : avant Justine Triet, quels films français ont déjà été nommés ?

Lire l'article

#3 Deux acteurs récompensés pour le même personnage 

Marlon Brando dans Le Parrain / Robert de Niro dans Le Parrain II

A croire que certains personnages portent en eux un charisme, une éloquence et un mystère qui ne peuvent que garantir le succès de l’acteur. C’est certainement le cas de l’iconique chef de la mafia Vito Corleone dans la série de film de Francis Ford Coppola, Le Parrain (1972 et 1974). Les deux acteurs qui l’ont incarné à l’écran - Marlon Brando et Robert De Niro - ont tous les deux été récompensés par une statuette dorée. Chacun à leur manière, ils ont su s'approprier ce personnage complexe, mélange d’élégance, d’intelligence et de violence. 

Ce doublé de prix pour un seul personnage ne s’est reproduit qu’une fois. C’est le clown le plus fascinant du 7e art, le Joker, qui en est à l’origine. Après des performances très remarquées comme celle de Jack Nicholson dans le Batman de Tim Burton (1989), c’est Heath Ledger qui offre au clown criminel son premier Oscar. Dans Batman : The Dark Knight (2008) de Christopher Nolan, il s’approprie ce mystérieux personnage en lui prêtant des manies farfelues - mention spéciale à son rire saccadé - qui ont marqué les spectateurs. 

Dix ans plus tard, Joaquin Phoenix enfile lui aussi le costume et campe un Joker (dans le film éponyme de Todd Philips, 2019) moins dantesque mais tout aussi inquiétant. A noter que la suite de ce film, Joker : Folie à Deux,  qui suivra les aventures du clown avec sa compagne Harley Quinn (jouée par Lady Gaga) est prévu pour le 2 octobre 2024. Le Joker est-il donc sur le point de rentrer dans l’histoire avec trois Oscar à son actif ?

#4 Ils ont refusé leur Oscar !  

En parlant de l’Oscar de Marlon Brando pour son rôle dans Le Parrain, sachez qu’il l’a refusé. Lors de la cérémonie de 1973, la première à être diffusée en direct dans le monde entier, l’acteur a préféré laisser sa place à l’actrice et activiste amérindienne Sacheen Littlefeather. “Marlon est au regret de ne pas pouvoir accepter cette généreuse récompense. La raison est : le mauvais traitement des Indiens d’Amérique par l’industrie du cinéma”, explique-t-elle avant de faire référence à l’occupation de Wounded Knee (février 1973), un événement qui opposa une communauté Sioux au FBI. Son discours se termine sous les huées (et quelques applaudissements timides). En 2023, l’Académie s’est excusée publiquement pour le traitement réservé à l’actrice durant cette soirée. 

Avant Marlon Brando (ça n’est jamais arrivé depuis), deux nommés ont refusé leur consécration. George C. Scott a décliné l’Oscar du meilleur acteur pour le film Patton (1970) car il considérait la cérémonie comme “ un putain de défilé de viande dont [il ne voulait] pas faire partie”. Le scénariste Dudley Nichols, lauréat du meilleur scénario pour The Informer (1936), a aussi refuser son prix, car il voulait pointer du doigt le manque de reconnaissance des syndicats par l’Académie, et spécifiquement du syndicat des scénaristes, le Screen Guild of America (aujourd’hui Writers Guild of America) qu’il a cofondé. L’année suivant cette cérémonie, il est devenu président du syndicat et à œuvré pour sa reconnaissance auprès des institutions et des studios. Bien joué Dudley. 

Oscars 2024 : la liste des nominations est tombée !

Lire l'article

#5 Un Oscar pour seulement six minutes à l’écran ! 

Qui a dit qu’il fallait toujours être au premier plan pour remporter un Oscar ? En 1977, Beatrice Straight a prouvé le contraire puisqu’elle a obtenu le prix du meilleur second rôle pour une performance de seulement 5 minutes et 40 secondes dans Network de Sidney Lumet. Dans ce film à l’humour acerbe sur le monde de la télévision, elle incarne la femme d’un présentateur sur la sellette. Lors de son unique scène, elle apprend que son mari la trompe depuis plusieurs années et livre une performance puissante et sensible, portée par l’écriture de Paddy Chayefsky. A voir absolument. 

#6 Le jour où les gagnants des Oscars ont fuité… 

Il n’est pas rare de voir se promener sur la toile des canulars annonçant les gagnants de la cérémonie avant qu’elle n’ait lieu. Mais en 1940, cela est vraiment arrivé ! La veille des Oscars, le L.A. Times a ignoré l’embargo mis en place par l'Académie et a publié la liste des gagnants dans son édition de l’après-midi. Depuis ce jour, la presse n’est plus avertie à l’avance et chaque enveloppe contenant le nom des lauréats est apportée à la dernière minute à la cérémonie par PricewaterhouseCoopers, la société d’audit en charge du dépouillement des votes. 

À noter que les lecteurs du L.A. Times de 1940 ont dû avoir un choc relatif. En effet, depuis sa création en 1929 et jusqu’aux environs de 1935, il était de coutume d’annoncer les lauréats quelques jours voire quelques semaines en avance. La cérémonie servait simplement à leur rendre hommage en réunissant la grande famille du cinéma. 

Les Oscars vont récompenser les directeurs et directrices de casting

Lire l'article

# 7 Dix ans et déjà un Oscar ! 

À l’âge où vous lisiez Tomtom et Nana en mangeant des Petits Ecoliers, Tatum O’Neal, 10 ans, remportait un Oscar (on a pas tous la même vie). Elle repart avec la statuette de la meilleure actrice dans un second rôle pour sa toute première apparition à l’écran dans La Barbe à papa de Peter Bogdanovich (1973). Elle y incarne une jeune fille qui rencontre pour la première fois son père - un escroc notoire - lors de l’enterrement de sa mère.

De plus jeunes acteurs ont déjà obtenu une statuette - comme la star des films pour enfant Shirley Temple à l'âge de 5 ans en 1934 - mais il s’agit en réalité d’un Oscar dit “d’honneur” créé uniquement pour les enfants. Il ne fait donc pas réellement partie de la compétition.

# 8 La salle des Oscars est pleine…de figurants ! 

Vous cherchez un job de rêve ? Que direz-vous de devenir “seat-filler” (autrement dit “remplisseur de siège”) aux Oscars ? La mission est simple : dès qu’une célébrité se lève pour aller faire un tour pendant la cérémonie, il faut rapidement aller occuper sa place pour donner l’illusion d’une salle bien remplie (alors qu’en réalité, toutes les stars sont au bar dans le hall du théâtre). Embauchés par l’Académie des Oscars, ces figurants sont payés 125 dollars la soirée. Alors, vous postulez ? 

# 9 Un discours de remerciement ne peut pas durer plus de…45 secondes 

Bien qu’on adore regarder les cérémonies de remise de prix, il faut bien reconnaître que les discours des lauréats sont souvent prévisibles et rébarbatifs : ils durent presque aussi longtemps que les génériques de film. En 2002, les discours étaient tellement longs que la cérémonie des Oscars a duré 4 heures et 33 minutes. A partir de là, l’Académie a décidé de mettre le holà en limitant chaque discours à 45 secondes. Toute personne excédant ce délai entendra une petite musique qui lui signifiera avec élégance (grâce à de doux violons) de dégager de la scène. En 2016, les César ont décidé de s’inspirer de nos amis américains : la cérémonie est alors soumise exactement aux mêmes règles (45 secondes pas plus, sinon on envoie les violons !).

Oscars 2024 : les stars réagissent aux 5 nominations d’« Anatomie d’une chute »

Lire l'article

#10 La plus vieille personne a avoir un Oscar dans son salon a 99 ans 

Eva Marie Saint dans Sur les Quais

Être née avant la création de la cérémonie (1929) et avoir encore aujourd'hui une statuette dorée sur sa cheminée, c’est la classe. Et c’est le cas d’Eva Marie Saint, qui fêtera ses 100 ans en juillet prochain. En 1954, elle décrochait l’Oscar du meilleur second rôle pour sa première apparition sur grand écran dans Sur les Quais d’Elia Kazan, un tremplin qui lui a permi de travailler avec les plus grands comme Alfred Hitchcock pour La Mort aux trousses (1959) et Otto Preminger pour Exodus (1960). Sa dernière apparition date de 2014 dans Winter Tales d’Akiva Goldsman qui racontait une histoire d’amour à travers le temps.

Pour écrire cet article, la rédaction s’est inspirée d’autres tops faits par nos confrères américains, espagnols et italiens. Nous remercions donc le castandhire blog, le Diario AS, le Centro Studi Americani et BuzzFeed.

Photo © Pexel

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur