Festival de Venise 2022CinémaCultureLe magazine
  • News
  • Article
  • 2 min

« Miramar » de Christian Rizzo : un spectacle postapocalyptique sidérant

  • Belinda Mathieu
  • 2022-04-05

Le chorégraphe français Christian Rizzo nous avait habitués à des atmosphères mystiques avec l’envoûtante « D’après une histoire vraie » en 2013, sa pièce phare, et avec « Une maison » (2019). Avec « Miramar », il signe une pièce obsédante métaphorisant des perspectives d’avenir ambivalentes.

Face à un magma noir qui tapisse le fond de la scène, dix ombres se tiennent debout, le regard comme absorbé. À travers une mise en scène ambitieuse, Christian Rizzo convoque ambiance sonore, jeu de lumière et mouvement pour créer une chorégraphie subtile qui nous imprègne d’un climat mouvant, sourd et inquiétant.

Les sonorités distordues qui grésillent évoquent un film d’épouvante, tandis que la danse nous entraîne dans un mouvement de ressac rassurant, fait de gestes répétitifs et fluides. Les interprètes exécutent des gestes rapides, fluides, précis, éclairés par les néons d’un dispositif mouvant au plafond. Ils sont comme balayés par un scanner et toujours tournés vers le fond sombre du plateau.

Faut-il voir dans ce monochrome noir l’absence d’horizon ? Un monde post-apocalyptique sans espoir qui nous guette, fait de marées noires et de nuées toxiques ? Ou au contraire une matrice accueillante ? Les paradoxes fusent dans cette pièce, aussi angoissante que rassurante, qui illustre peut-être la confusion dans laquelle nous vivons. Une chose est sûre, Miramar ne compte pas nous lâcher de sitôt.

de Christian Rizzo, du 11 au 14 avril au Centquatre (1 h)

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur