Cannes 2021CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Paradiscope
  • Article
  • 4 min

On regarde quoi cette semaine sur les plateformes ?

  • 2021-06-02

Chaque semaine, Lily Bloom vous donne les arguments pour gagner la bataille du « on regarde quoi ce soir ? », tous les soirs.

GOODIES : Des pépites récentes à rattraper

Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma (2019)

 Le film revisite l’histoire d’amour brûlante entre deux femmes, une peintre et son modèle, en 1770 - ou plutôt son souvenir. Ce déplacement temporel permet au film d’éviter les plaisirs faciles du mélo saphique en costumes, pour le hisser en manifeste éblouissant de la condition féminine.  Céline Sciamma a une foi totale dans la puissance du cinéma. Elle signe là un film d’époque d’une rare modernité.

"Portrait de la jeune fille en feu" : la fresque brûlante de Céline Sciamma

Lire notre critique ici

Atlantis de Valentyn Vasyanovych (2019)

Soyons clairs, Valentin Vasyanovych, c’est pas le mec que tu embauches pour animer un mariage. Avec cette dystopie post-apocalyptique dans la gadoue ukrainienne, il pose un regard mélancolique et romantique sur les ravages de la guerre, dans de somptueux plans séquences. À voir un soir où t’es d’humeur à exhumer des cadavres.

SEUL.E SOUS LA COUETTE  : Le film pour une soirée solitaire

Va, vis et deviens de Radu Mihaileanu (2005)

Fresque lacrymale qui s’emballe parfois carrément sur la musique d’Armand Amar, Va, vis et deviens nous éclaire sur L'opération Moïse, le sauvetage des Juifs d'Éthiopie. À travers la trajectoire d’un enfant chrétien, Schlomo, que sa mère décide de faire passer pour Juif et qui va ensuite devoir vivre avec ce mensonge en Israël, Radu Mihaileanu questionne le déchirement identitaire, la foi, l’amour, l’imposture mais aussi l’ambiguïté du Bien. Un film qui hante.

KIDS : Un film, pipi et au lit !

Cendrillon de Lotte Reiniger (1922)

à partir de 3 ans

Si le nom de la réalisatrice allemande Lotte Reiniger ne te dit rien, sache qu’elle est une pionnière du cinéma d’animation, bien avant Walt Disney. Voir ce court métrage avec des enfants, c’est replonger dans un merveilleux originel, fait de petites figurines en papier animées.   

 

GET A ROOM : Un film érotique ? Oui, mais arty !

Showgirls de Paul Verhoeven (1996)

Le film maudit de Verhoeven, crucifié à sa sortie, a gagné au fil du temps sa juste place. Son tort ? Filmer la réalité d’une ascension spectaculaire dans le show business. C’était une transgression absolue, dans le pays d’Une étoile est née, de rappeler un peu trop bruyamment que le sexe reste un moyen d’élévation sociale sûr pour une jeune fille – ici jouée par la géniale Elizabeth Berkley.

"Showgirls" de Paul Verhoeven : show devant

Lire notre critique

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur