Entrer votre recherche

Maxime Rovere : « Le corps est essentiel dans l’apprentissage  »

Partager

mk2 Institut interroge l’apprentissage des savoirs en compagnie de Maxime Rovere. Philosophe auteur de L’École de la vie, il livre une réflexion sur le métier d’enseignant, loin de l’éloge convenu. Entretien

TROISCOULEURS est partenaire de mk2 Institut, un espace physique et digital, où des artistes, écrivains et chercheurs invitent au débat, pour penser ensemble le monde d’aujourd’hui et de demain.
Près de 150 événements à retrouver dans le réseau des salles mk2.
>> Découvrez mk2 Institut <<

Qu’apprend-on véritablement sur les bancs de l’école ?

Maxime Rovere : On y apprend surtout à rencontrer des problèmes. En effet, chacun se confronte à des difficultés données par un professeur, un document ou un récit. Il s’agit alors non pas d’ingurgiter des savoirs, mais d’apaiser la terreur que soulèvent ces problèmes et d’interagir avec eux. La clé de la transmission repose dans ces interactions. Ce qui fait de l’école le lieu d’un échange très particulier : l’action de l’enseignant y est moins importante que ce que vit celui qui apprend.

—>>> À LIRE AUSSI : Erri De Luca : « Le cinéma est le plus beau cadeau fait à l’humanité au XXe siècle »

Quel regard portez-vous sur la généralisation des cours à distance durant le confinement ?

Ils sont un mal nécessaire pour éviter un mal plus grand. L’apprentissage repose toujours sur les conditions de présence. Le corps est essentiel dans l’apprentissage : il est le terminal où arrivent et d’où partent justement les interactions entre élèves et professeurs. Le cerveau ne réfléchit pas seul ! Quand on apprend chez soi, par exemple, on dépend principalement de ceux qui nous entourent. Aucun humain ne télécharge des savoirs comme le fait un ordinateur. Nous apprenons avant tout à partir des interactions présentes.

En désignant souvent l’école comme un tremplin pour l’avenir, surinvestissons-nous son rôle dans la société ?

Quand les parents parlent d’avenir, ils pensent surtout à la position sociale : c’est la grande erreur bourgeoise, qui considère l’ascension sociale comme désirable en soi. En réalité, ce qui est fructueux à l’école se joue toujours au présent : il s’agit d’apprendre à rendre nos interactions satisfaisantes, qu’on ait 3 ans ou 23 ans. Et paradoxalement, ce sont nos satisfactions présentes, et non nos frustrations, qui construisent un avenir meilleur.

L’École de la vie (Flammarion), disponible.

Propos recueillis par Joséphine Dumoulin

Photographie : © Camila Scorcelli

« Comment renouer avec le désir d’apprendre ? » Venez à la rencontre de Maxime Rovere, mardi 29 septembre à 20 h au mk2 Quai de Loire.

Tarif : 15 € | étudiant, demandeur d’emploi, – 26 ans : 9 € | Carte UGC / mk2 illimité acceptée

Pour réservez vos places, suivez ce lien.

Tags:

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.