Entrer votre recherche

Daniel Espinosa, Morris Engel, Marin Karmitz : ils sont dans le nouvel épisode de mk2 curiosity

Partager

Cette semaine, on plonge dans les bas-fonds de Stockholm avec un polar de Daniel Espinosa, Marin Karmitz nous présente sa collection de photographies dans le docu Etranger résident, les frères Dardenne nous parlent de l’oeuvre politique de Charlie Chaplin, et on se remémore avec le critique Alain Bergala Le Petit fugitif de Morris Engel.

Easy Money de Daniel Espinosa (2010)

Johan Westlund, étudiant en école de commerce brillant, ambitieux mais fauché, s’aventure dangereusement dans le milieu du crime organisé de Stockholm. De son côté, Jorge (Matias Padin Varela), dealer en cavale, fuit la police et la mafia yougoslave. Avant de prendre le large, il veut faire un dernier coup : importer une grosse quantité de cocaïne. Mrado (Dragomir Mrsic), tueur à gages yougoslave, est chargé de pister Jorge. Sur le chemin de l’argent facile, il faudra s’allier et trahir, se défendre et tuer, mais surtout, essayer de survivre…

Tous les films sont disponibles sur mk2 curiosity

Avec ce polar épuré venu du Nord et adapté du best- seller de Jens Lapidus, Daniel Espinosa propose un portrait politique de Stockholm, où la corruption est devenue la seule chance de survie, où s’opposent avec violence la jeunesse dorée et les gangsters. La descente aux enfers de ses anti-héros est filmée avec une froideur minutieuse, des cadres serrés et mobiles qui évoquent symboliquement l’étau social dans lequel ils sont prisonniers. Malgré cette lucidité qui laisse souvent le spectateur à distance, Daniel Espinosa parvient à esquisser l’évolution psychologique de ses personnages avec une douceur surprenante. D’abord archétypaux, ils laissent peu à peu tomber leurs masques pour aller vers plus d’ambiguïté : perdus et déterminés, opportunistes et en quête de rédemption, ces oiseaux de nuit à l’existence volage prennent soudain une carrure tragique.

Etranger résident de Marin Karmitz (2018) : documentaire

En 2017-2018,  Marin Karmitz présente à la Maison Rouge l’ensemble de ses collections privées, réunies sous le programmatique titre Etranger résident. C’est que le réalisateur, producteur de cinéma et fondateur du réseau de salles mk2, est aussi un passionné d’art, un amoureux du noir et blanc comme de l’art abstrait. Gotthard Schuh, maître suisse de la photographie des années 1930, dialogue dans cette expo avec le photographe de jazz américain Roy DeCavara, tandis que les clichés d’Antoine d’Agata pris à Auschwitz et à Jérusalem résonnent avec les œuvres de plasticiens tels qu’ Annette Messager ou Christian Boltanski. Au hasard de cette déambulation intime, assemblée au long cours en une trentaine d’années et que ce documentaire immortalise, on croise aussi les installations et du cinéaste Abbas Kiarostami ou de l’inclassable Chris Marker. Marin Karmitz, qui a démarré sa carrière en tant que réalisateur, l’achève en réalisateur avec cet objet aussi intense qu’inclassable. Organisée comme un scénario, où l’humanisme et l’engagement s’éclairent réciproquement, cette promenade nous fait voyager de l’Europe aux Etats-Unis, tout en formant en creux un portrait de son collectionneur.

Chaplin Today : Modern Times par les frères Dardenne (2003)

 

En 1933, à son retour d’Inde, et frappé par la crise économique qui sévit aux États-Unis, Charlie Chaplin rédige plusieurs articles sur les dangers de la mécanisation du travail. Productivité déshumanisante, décomposition des tâches, gestes répétitifs, profit du capital… Sous forme embryonnaire, Chaplin théorise ici les dérives du capitalisme qu’il raillera trois ans plus tard dans Les Temps modernes, satire sociale et politique virulente où le burlesque côtoie la dénonciation des conditions de travail dans les usines. Dans le cadre de la série documentaire Chaplin aujourd’hui, les réalisateurs Luc et Jean-Pierre Dardenne reviennent sur la notion d’esclavage moderne qui parcourt le film, la description féroce d’un patronat despotique. Sans oublier de rappeler à quel point, au-delà de ces observations politiques, ce chef-d’oeuvre intemporel regorge de gags d’une élégance intacte, de trouvailles visuelles et de sketchs raffinés.

A LIRE AUSSI : Les frères Dardenne nous parlent du « Jeune Ahmed », prix de la mise en scène

Un hommage à Morris Engel et Looney Tunes pour les kids

On poursuit cette virée documentaire sur des oeuvres majeures avec un entretien du critique Alain Bergala à propos du film Le petit fugitif de Morris Engel. Encore trop peu connu, ce réalisateur américain a inspiré, par sa liberté naturaliste, Les 400 coups (1959) de François Truffaut, qui déclara que la Nouvelle Vague n’aurait pas existé sans lui. Coréalisé avec son épouse Ruth Orkin Le Petit Fugitif raconte l’histoire d’un enfant de 7 ans découvrant l’ivresse de l’indépendance à l’occasion d’une fugue en plein Coney Island. A l’aide d’une caméra 35 mm portative, ce film avant-gardiste capture avec justesse la réalité sociologique d’une époque, et inspira les premiers longs-métrages fougueux de John Cassavetes et Martin Scorsese.

Du côté des kids, on vous propose cette semaine de redécouvrir Looney Tunes de Bob Clampett, l’histoire de Porky Pig, petit cochon à l’air peu assuré, mais qui a plus d’un tour dans son sac. Pour se sortir d’un mauvais pas, il a toujours les bonnes idées, et gare à ceux qui s’avisent de l’empêcher d’arriver à ses fins ! Aux côtés de Bugs Bunny et de Daffy Duck, Porky Pig fait partie des personnages iconiques de la série des Looney Tunes. En concurrence avec les créations de Walt Disney (Mickey Mouse, Donald Duck et Dingo), ils vont tous finir par se rencontrer en 1988, dans Qui veut la Peau de Roger Rabbit ? de Robert Zemeckis. Amusez-vous en famille avec ce programme qui réunit trois courts métrages dédiés à ses aventures.

Films disponibles du 18 mars au 25 mars sur mk2 curiosity 

Easy Money de Daniel Espinosa (2010) : long métrage, interdit aux moins de 12 ans
Chaplin Today : Modern Times par les frères Dardenne (2003)
Etranger résident de Marin Karmitz (2018) : documentaire
Entretien avec Alain Bergala à propos du film « Le petit fugitif » de Morris Engel
Looney Tunes de Bob Clampett : animation

Tags:

Vous pourriez aimer

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.