Entrer votre recherche

Willem Dafoe pourrait rejoindre Emma Stone dans le prochain film de Yórgos Lánthimos

Partager

Cette adaptation d’une nouvelle de l’Écossais Alasdair Gray située à l’ère victorienne verra Emma Stone transformée en Frankenstein au féminin.

Un film d’anticipation glaçant sur des célibataires transformés en animaux (The Lobster, 2015), un thriller familial pervers (Mise à mort du cerf sacré, 2017) et une satire grinçante de la cour d’Angleterre au XVIIIe siècle (La Favorite, 2019)… Le cinéma de Yórgos Lánthimos regorge de mythes et de fables glauques et perturbants, relevant d’une vision du monde teintée d’ironie noire. Le prochain film du réalisateur grec devrait s’inscrire dans la lignée de ses précédents faits d’armes en la matière.

A LIRE AUSSI : Yórgos Lánthimos en pourparlers pour réaliser un western gothique

Comme on l’évoquait il y a quelques semaines, il s’agit de l’adaptation de la nouvelle Poor Things de l’écrivain écossais Alasdair Gray (1934-2019), publiée en 1992 et présentée comme une variation décalée des textes de l’ère victorienne. Co-écrit avec Tony McNamara (coscénariste de La Favorite), le film racontera l’histoire de Bella Baxter, une « Frankenstein au féminin » décrite comme « émancipée, volatile et sexy », qui décide de se noyer pour échapper à son mari violent, avant d’être sauvée et ressuscitée par un chirurgien weirdo et brillant qui remplacera son cerveau par celui du bébé qu’elle portait. C’est Emma Stone (déjà vue dans La Favorite, dans lequel elle incarne une anti-héroïne borderline ultra ambitieuse) qui devrait prêter ses traits à cette créature charcutée par un scientifique sans scrupule.

Surprise : selon Deadline, malgré un agenda surchargé – il apparaîtra dans les prochains films de Robert Eggers, Wes Anderson, Guillermo del Toro et Paul Schrader –, Willem Dafoe pourrait lui aussi être de la partie (on serait lui, on ne pourrait pas refuser un script aussi bizarre et jouissif). C’est une supposition à prendre avec des pincettes (de homard), mais on imagine à travers ces quelques infos que Lánthimos prendra un malin plaisir à disséquer la masculinité toxique et le patriarcat, offrant à son cinéma un tournant plus ouvertement politique. On espère avoir le fin mot là-dessus très vite.

Image : Willem Dafoe dans The Lighthouse de Robert Eggers / Copyright Universal Pictures International

Tags:

Vous pourriez aimer

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.