Entrer votre recherche

Partager

Pour sa 7e édition, le Festival international du film de musique se réinvente, proposant plus de 15 films à voir en ligne sur mk2 Curiosity, du 18 au 25 février 2021. Parmi toutes les odyssées musicales au programme cette année, on a été charmés par la force politique du docu d’Hugo Sobelman, ode à la culture soul, le road-movie de Gwenaël Breës, en quête du légendaire chanteur des Talk Talk, et une immersion dans le Thunderdome, festival de musique électronique néerlandais, signée Ted Alkemade.

SOUL KIDS – Hugo Sobelman 

Memphis, dans le Tennessee. Berceau de la soul, du blues et du gospel, cette ville où Elvis Presley a enregistré ses premiers 45 tours est aussi une des communes les plus sinistrées des Etats-Unis. Au milieu de la criminalité et de la pauvreté, la Stax Music Academy apparaît comme un havre, un refuge culturel et social. Cette école de musique gratuite, inspirée de l’héritage du label légendaire des années 1960, Stax Records, propose aux jeunes d’exercer leur voix, de travailler au corps leur talent brut. Surtout, l’institution n’est pas un microcosme fermé sur lui-même, mais pousse les élèves à penser leur héritage musical comme une force politique. La réinterprétation de grands tubes de la soul (I’m Just a Kind of Fool d’Eddie Floyd, Long Way to DC des Staple Singers) devient l’occasion d’une réflexion sur la façon dont l’industrie culturelle a justifié le racisme systémique, perpétué la stigmatisation des Afro-Américains.

Tous les films sont disponibles à l’unité du 18 au 25 février sur la plateforme mk2 Curiosity. Location : 3,99€ par film.

Au cadre rigide de l’interview, aux témoignages face-caméra qui individualisent, le documentaire préfère des dispositifs plus inattendus. D’abord conçu comme une grande messe collective, où les élèves répètent à l’intérieur de l’école, le film nous plonge progressivement dans les entrailles délaissées de la ville. Les hangars industriels se transforment en scènes à ciel ouvert ; on y joue du saxophone pour faire résonner au présent une tradition orale portée par Sam Cooke, Robert Johnson en leur temps. Malgré ses longues séquences pédagogiques où sont évoqués le rap des années 1990 et le mouvement Black Live Matters, le film ne perd jamais de sa spontanéité – on se surprend même à lui trouver des airs de comédies musicales, lorsque deux ados entonnent a capela un tube et une chorégraphie, assises sur le banc du terrain de sport de leur école.

Le film est à voir sur mk2 curiosity.

A LIRE AUSSI : Martin Scorsese va réaliser un documentaire sur la scène musicale des années 1970

IN A SILENT WAY – Gwenaël Breës

A l’origine de ce documentaire se trouve un étrange et beau paradoxe. Mettre à jour les ambitions d’un artiste qui aspirait à s’éclipser, tant dans sa musique que dans son image publique. Membre fondateur de Talk Talk (groupe phare de la New Wave des années 1980, auteurs des tubes It’s My Life et Such a Shame, qui prit un tournant plus radical en 1988 avec l’album Spirit of Eden, aux accents de pop expérimental sinueuse), Mark Hollis a toujours fui les médias. Après la séparation de Talk Talk en 1992, il signe un dernier album solo dépouillé (Laughing Stock, 1988), avant de disparaître de la circulation, et de décéder en février 2019. Encore vivant au moment où Gwenaël Breës se manifeste pour l’interviewer dans le cadre de ce docu, Mark Hollis refuse de s’exprimer, et de céder les droits de ses titres.

A LIRE AUSSI : FAME Festival 2020 : s’il ne fallait retenir que 3 films

Ces contraintes, Gwenaël Breës en a fait la force poétique de son documentaire : puisque le musicien ne veut pas parler, il faut traquer sa présence fantomatique en parcourant les lieux qu’il a foulé, en questionnant ceux qu’il a aimé, deviner la silhouette de cet homme invisible dans les paysages qui ont inspiré ses chansons. C’est ici que débute le road-movie. De Brighton, où il a étudié la psychologie à la fac, au studio d’enregistrement où est né Spirit of Eden, en passant par les récits de souvenir de son ingénieur du son Phill Brown ou de son claviériste Ian Curnow, l’équipe du film tente de reconstituer les pièces du puzzle. Mais cette enquête qui joue avec les codes du policier n’aboutira qu’à une idée : Mark Hollis, à défaut d’explications, n’a laissé que des traces. A chacun de les déchiffrer dans sa musique évanescente.

Le film est à voir sur mk2 curiosity.

THUNDERDOME NEVER DIES – Ted Alkemade

Pour les amoureux de partitions classiques qui n’auraient pas le hardcore dans le sang, petite histoire du Thunderdome, festival de musique électronique néerlandais. Cette grande messe de la techno née 1992 est devenue au fil des décennies une véritable institution aux Pays-Bas, accompagnant l’essor de la culture gabber en Europe – pour mieux comprendre ce qu’est le gabber, sous-genre et esthétique underground, on vous conseille cet épisode de Tracks – avant de disparaître en 2012. Ted Alkemade, né dans les années 1990, n’a pas connu la genèse de ces rave party aux sonorités dures, aux beats compulsifs, créées par quelques marginaux fêtards.

A LIRE AUSSI : Le F.A.M.E festival et Orson Welles au programme de mk2 Curiosity cette semaine

Mais en journaliste aguerri et clubber de la première heure, il est allé interroger pendant deux ans et demi les pionniers de cette dance music libératrice, qui était aussi un mode de contestataire, symbole d’une jeunesse éternelle. A l’aide d’archives VHS euphoriques qui suintent l’anticonformisme, célèbrent les corps libérés des carcans, Ted Alkemade nous immerge dans cette expérience sensorielle extrême qu’a été le Thunderdome. Ce regard rétrospectif sur le passé n’est pas synonyme de nostalgie, ni de passéisme. A travers les témoignages de la nouvelle génération de gabber, tels que Gabber Eleganza, qui s’adresse à un nouveau public alternatif, le film se clos sur cet horizon : l’esprit joyeusement révolté de Thunderdome ne s’éteindra jamais.

Le film est à voir sur mk2 curiosity.

Toute les informations autour de la programmation sont dispos sur le site de la Gaîté Lyrique.

 

 

Tags:

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.