Entrer votre recherche

[CRITIQUE] « Une mère incroyable » de Franco Lolli : portrait tendre et cruel d’une héroïne coriace

Partager

À Bogota, Silvia, une avocate et mère célibataire, doit faire face à la maladie de sa propre mère, s’occuper de son fils et affronter un scandale de corruption qui la met en cause… Présenté à la Semaine de la critique lors du dernier Festival de Cannes, ce deuxième long métrage du Colombien Franco Lolli (Gente de bien, 2015) scrute de près cette héroïne coriace. À la fois tendre et cruel, le film, qui s’ouvre sur un plan montrant un appareil IRM puis un corps lessivé, joue autant sur notre difficulté à voir la maladie que sur la radicalité des rapports mère-fille – qui s’échangent ici, à coups de dialogues ciselés, pas mal de mots piquants. S’il ne ménage pas le spectateur, le film a quand même la délicatesse de lui faire découvrir, par un lent cheminement, que ces épreuves extérieures cachent une souffrance plus intime, un refus de se laisser aller au bonheur par peur de ne pas le mériter. Résolument féministe, ce récit, qui garde les hommes, les pères, les amants à la périphérie, déconstruit les mythes que l’on associe à la maternité, allant à contre-courant des désaccords intérieurs de la pugnace Silvia. JOSÉPHINE LEROY

Une mère incroyable de Franco Lolli, Ad Vitam (1 h 37), sortie le 19 février
Image: Copyright Ad Vitam

Tags:

Vous pourriez aimer

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.