Entrer votre recherche

[CRITIQUE] « Rocks » de Sarah Gavron : la lumière au dehors du tunnel

Partager

La Britannique Sarah Gavron (Rendez-vous à Brick Lane, Les Suffragettes) puise dans ses jeunes actrices non-professionnelles toute l’énergie propre à l’adolescence.

Rocks, 15 ans, vit à Londres avec son petit frère et sa mère, qui disparaît un jour sans crier gare. Livrée à elle-même, la jeune fille fait tout, avec l’aide de ses  meilleures amies, pour préserver son frère et échapper aux services sociaux…  Un peu comme dans Bande de filles de Céline Sciamma, dont Rocks pourrait être le pendant anglais, Sarah Gavron sonde les doutes qui fragilisent une jeunesse multiculturelle ostracisée, tant du point de vue géographique que social – à ce triste état des lieux, il faudrait ajouter la désertion parentale qui force l’héroïne à grandir plus vite que prévu. Heureusement, rien de tout ça ne plombe le récit. Servi par la photographie lumineuse de la chef opératrice française Hélène Louvart (qui a notamment collaboré avec Agnès Varda et Alice Rohrwacher), ce teen movie qui frôle le documentaire évite de tomber dans le misérabilisme grâce à la spontanéité rafraîchissante de ses comédiennes, pour mieux mettre en valeur les innombrables ressources de celles et ceux qu’on laisse en marge. 

 

: de Sarah Gavron, Haut et Court (1 h 33), sortie le 9 septembre

Tags:

Vous pourriez aimer

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.