Entrer votre recherche

[CRITIQUE] « Après la nuit » : un premier film roumain déchirant

Partager

Au bout de dix ans de mariage, le couple formé par Dana et Arthur se fissure. Manque d’intérêts et de désirs communs, difficulté de plus en plus criante à communiquer ; ils doivent se rendre à l’évidence : leur séparation est la meilleure solution…

Avec ce premier long métrage ultra sensible, le Roumain Marius Olteanu sonde magnifiquement cette déchirure intime, en partie grâce à des choix formels forts. Divisé en chapitres, son film épouse à tour de rôle les points de vue des deux amants, dans les tribulations nocturnes révélatrices de ce que chacun cache à l’autre pour le préserver et garder intacts les souvenirs communs. Utilisant à bon escient un format rare (le « carré parfait »), le cinéaste nous fait ressentir la douleur de la séparation par ce manque d’espace et cette condensation. Avec un sens de la suggestion accompli, il aborde également des sujets sociaux (l’homophobie, la précarisation, l’ancrage des traditions…) qui dessinent en creux un portrait de la Roumanie contemporaine. Parmi les cinéastes de la « nouvelle vague » roumaine, Olteanu est l’un de ceux qu’on a le plus envie de suivre. 

Après la nuit, Marius Olteanu, Norte Distribution (1 h 50), sortie le 18 décembre
Image: Copyright Norte

Tags:

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.