Entrer votre recherche

Buster Keaton, Kiyoshi Kurosawa, Harold Lloyd, Charlotte Rampling : le nouvel épisode de mk2 Curiosity est en ligne

Partager

Cette semaine, on (re)découvre le chef-d’œuvre du cinéma burlesque Le Mécano de la Général de Buster Keaton, puis Cure, un thriller paranoïaque signé par le Japonais Kiyoshi Kurosawa, ainsi que The Look, documentaire explorant les multiples facettes de l’actrice Charlotte Rampling, et enfin High And Dizzy d’Hal Roach, un court métrage vertigineux avec l’ « homme aux lunettes d’écailles », Harold Lloyd.

Le Mécano de la Général (1926) de Buster Keaton et Clyde Bruckman

Un film comique sur la guerre de Sécession : Buster Keaton, au célèbre visage aussi peu expressif qu’il a le corps élastique, l’a fait. Il s’inspirait alors d’une action militaire de 1862 pendant laquelle des espions nordistes avaient volé un train pour perturber une voie de chemin de fer. Mais Keaton et Bruckman y ont agrégé une histoire d’amour. S’infiltrant parmi les espions nordistes à bord de la locomotive volée, un mécano (Keaton) délivre son amoureuse qui y était capturée puis s’enfuit en train, pourchassé par ses ennemis… Tenant à faire ses cascades lui-même, Keaton s’est alors affirmé comme l’un des premiers grands casse-cous du cinéma, inventant un burlesque qui rime autant avec rire qu’avec dangerosité. En 2004, mk2 a demandé à Joe Hisaishi, notamment collaborateur d’Hayao Miyazaki ou Takeshi Kitano, de composer la musique de cette version restaurée.

A LIRE AUSSI : ENTRETIEN : Serge Bromberg, la cinéphilie réincarnée

High And Dizzy (Ma fille est somnambule) (1920) d’Hal Roach

On poursuit avec un autre risque-tout du burlesque, et pas des moindres puisqu’il s’agit d’Harold Lloyd, reconnaissable à son canotier et à ses lunettes d’écailles. Plutôt que les locomotives lancées à toute berzingue, son truc, c’est de se pencher dans le vide à grande altitude – preuve en est l’image iconique de Monte là-dessus (1923) de Fred Newmayer et Sam Taylor, où il apparaît suspendu sur l’aiguille d’une horloge géante perchée en haut d’un gratte-ciel. Trois ans avant cette escalade, il s’exerçait déjà à côtoyer les cimes avec ce court d’Hal Roach, High And Dizzy, dans lequel il incarne un médecin un peu porté sur la bouteille qui tente de sauver une patiente somnambule en pleine crise sur le toit d’un hôtel. Déconseillé aux personnes sujettes au vertige – ou alors juste pour frissonner.

(c) Kadokawa

Cure (1997) de Kiyoshi Kurosawa

En 1997, on découvrait en France un cinéaste japonais dont le nom nous disait bien quelque chose – mais il ne fallait pas se tromper, car Kiyoshi n’a aucun lien de parenté avec le maître Akira Kurosawa. Depuis, Kiyoshi Kurosawa s’est affirmé comme l’un des plus grands cinéastes contemporains, sachant toujours s’emparer avec talent du cinéma de genre, appréhendé comme un moyen de sonder la société japonaise dans laquelle il vit. S’il était loin d’être un newbie quand est sorti Cure (1997), ce film était alors celui de la reconnaissance occidentale pour le réalisateur. Retraçant une enquête sur une série de meurtres à Tokyo dont le principal suspect a des pouvoirs hypnotiques, ce dernier démontrait son aisance à faire flirter le polar avec le surnaturel, à faire naître l’étrange du réel. Le film est ici accompagné d’un entretien de 2004 entre le cinéaste éclairant sa démarche et le réalisateur de documentaires français Yves Montmayeur.

(c) Les Films d’ici

The Look d’Angelina Maccarone (2011)

De Portier de nuit de Liliana Cavani à 45 ans d’Andrew Haigh en passant par Max mon amour de Nagisa Oshima ou Swimming Pool de François Ozon, la carrière de Charlotte Rampling est tellement imposante et protéiforme que réaliser un portrait classique d’elle semble bien difficile. Angelina Maccarone s’y attelle pourtant en prenant le parti de faire dialoguer l’actrice franco-britannique avec ses proches (Peter Lindberg, Paul Auster, Jürgen Teller…) autour de thèmes bien définis : le désir, les tabous, la beauté, l’âge… Rampling détaille son parcours avec de très pertinentes réflexions sur le cinéma et le métier d’actrice, tout en y gardant son précieux mystère.

A LIRE AUSSI :  A voir : Charlotte Rampling hynotisante dans le nouveau clip de Gaspar Noé pour YSL

Les films sont à découvrir ici

Les films disponibles du 25 février au 4 mars

Le Mécano de la Général de (1926) de Buster Keaton et Clyde Bruckman

High And Dizzy (Ma fille est somnambule) (1920) d’Hal Roach

Cure (1997) de Kiyoshi Kurosawa

The Look d’Angelina Maccarone (2011)

Tags:

Vous pourriez aimer

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.