Entrer votre recherche

Berlinale 2021 : « Petite maman » de Céline Sciamma séduit les critiques sur Twitter

Partager

La 71e édition de la Berlinale, ouverte en ligne depuis le 1er mars, se termine ce 5 mars. Si la compétition promet d’être rude (les films de Hong Sangsoo, Alice Diop, Xavier Beauvois, Radu Jude ou encore Ryusuke Hamaguchi y sont présentés), le dernier Céline Sciamma – un des films les plus attendus pour la réouverture des salles de cinéma – a manifestement émerveillé les critiques. Florilège de réactions piochées sur Twitter.  

Après avoir enflammé nos cœurs avec Portrait de la jeune fille en feu (Prix du scénario à Cannes 2019), Céline Sciamma a dévoilé son très attendu cinquième long-métrage, écrit pendant l’été 2020 et tourné dans la foulée, aux côtés notamment de la géniale chef opératrice Claire Mathon (déjà à l’oeuvre dans le précédent opus, pour lequel elle avait remporté le César de la meilleure photographie). Pour ce nouveau cru, la cinéaste et scénariste retourne jouer sur le terrain de l’enfance, qu’elle avait si bien exploré dans Tomboy en 2011. Elle raconte l’histoire de Nelly (Joséphine Sanz), une petite fille de 8 ans qui vient de perdre sa grand-mère. Alors que ses parents vident la maison de la défunte, Nelly se promène dans cet endroit féérique niché dans les bois. Elle y découvre une cabane jadis bâtie par sa mère (Nina Meurisse), qui disparaît soudainement lors de l’inventaire. Nelly fait alors la connaissance d’une mystérieuse petite fille, Marion (Gabrielle Sanz), avec laquelle elle construit une cabane. Cette Marion, c’est sa « petite mère »…

A LIRE AUSSI : Entretien avec Céline Sciamma : « Je veux juste qu’on arrête d’opposer le point de vue féminin au point de vue universel. »

« Son plus beau film depuis Tom boy », une épopée minimaliste et poétique dans la lignée des films de Miyazaki… La hype autour du film est à son comble. En attendant de courir en salles pour aller le découvrir, on calme notre impatience en parcourant quelques critiques partagées sur Twitter :

« L’un des films les plus minimalistes, intimistes, épurés mais en même temps impeccablement élaborés – comme d’habitude – de Sciamma (…) »

« Céline Sciamma refuse l’échec. Son premier film depuis Portrait de la jeune fille en feu est un voyage dans le temps de 72 minutes inspiré par Hiyao Miyazaki, sur une petite fille devenant amie avec sa propre mère. Court et minimaliste mais parfait dans son genre. »

 

Image : (c) Lilies Films

Tags:

Vous pourriez aimer

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.