CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • News
  • Article
  • 2 min

Alice Diop parle de « Nous », un docu en forme de voyage le long du RER B

  • Trois Couleurs
  • 2021-11-19

Au micro de France Culture, la cinéaste évoque son prochain film, où se mêleront les visages des habitants outre-périph et qui reconstituera une image politique de la France dans toute sa diversité. A voir sur Arte le 24 novembre.

Jeunes de banlieue dans Clichy pour l’exemple (2006), réfugiés dans La Permanence (2016) : Alice Diop sillonne les marges, recueille les traces d'une parole habituellement peu audible, en promenant sa caméra dans les kebabs, les espaces urbains oubliés, les quartiers souvent réduits à une violence clichée. Pour son nouveau documentaire Nous, diffusé sur Arte le mercredi 24 novembre avant sa sortie en salle le 16 février 2022, la cinéaste a longé la ligne du RER B, à la rencontre des habitants de territoires outre-périph. De Roissy à Saint-Rémy-lès-Chevreuse, des existences anonymes - jeunes, vieux, pauvres ou non - se bousculent, auxquelles Alice Diop surimprime des images de sa propre famille, et de son appartement d'enfance à Aulnay-sous-Bois.

Le captivant court métrage d’Alice Diop, Vers la tendresse, est en ligne

Lire l'article

Au micro de France Culture, la cinéaste explique que le désir de ce projet, inspiré du livre Les Passages de Roissy-Express (1990) de François Maspero, a réellement pris forme après les attentats du 11 janvier 2015 contre Charlie Hebdo : "Tout à coup, la démarche de Maspero est venue rencontrer ce moment historique, et m'a permis d'interroger, plus que la banlieue (...), la nécessité de réfléchir à qu'est-ce que c'est qu'une communauté, un pays, une société".

Grands ensembles, vallée cossue de la Chevreuse, zones industrielles et banlieues pavillonnaire : la ligne symbolique du RER B est un trait d'union entre des mondes hétérogènes, balaye l'histoire du monde ouvrier autant que celui de l'immigration. Elle traverse des lieux chargés d’histoire (la Basilique de Saint-Denis, le mémorial de la Shoah à côté du camp de Drancy), mais est aussi un accès privilégié à la propre intimité d'Alice Diop, partie sillonner ces territoires pour remonter une généalogie impossible : "Cette obsession de raconter la vie de ces gens qu'on n'a pas regardé part de mon histoire familiale, du peu d'archives qu'il me reste de mes parents (...). Je pense que je suis devenue cinéaste pour réparer l'absence de traces qu'il me reste de mes parents."

En tournage : "Saint-Omer" d'Alice Diop

Lire l'article

Nous sortira en salle le 16 février 2022.

Image : Copyright Sarah Blum

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur