Tapez pour chercher

OFF OFF Ceci n'est pas du cinéma

SCENE: « Hard to Be Soft. A Belfast Prayer » et « Lady Magma »

Partager


« Hard to Be Soft. A Belfast Prayer » de Oona Doherty

En 2017, Oona Doherty débarquait sur les scènes françaises telle une comète. Personne, ou presque, n’avait entendu parler d’elle avant ce premier solo. Huit minutes incandescentes pendant lesquelles, large tee-shirt blanc et jogging immaculé, chaîne massive autour du cou et cheveux plaqués en arrière, elle charriait dans son corps nerveux toute la rage contenue des adolescents de Belfast. Une fulgurance au goût de reviens-y que le printemps théâtral permettra de rassasier. Pour la biennale de danse du Val-de-Marne, et dans la foulée au Théâtre de la Bastille, la chorégraphe reprend ainsi cette première prière, «Lazarus and The Birds of Paradise», et les trois autres qui composent la grande fresque Hard to Be Soft dédiée aux âmes tourmentées qui hantent l’Irlande: «Sugar Army», pour les rêves tenaces des filles-mères; «Meat Kaleidoscope» pour les cœurs bourrus des pubs et les piliers de bar; et enfin «Helium», un final plus abstrait, comme un appel à vivre le présent intensément. Si elle a longtemps observé ses concitoyens et planqué quelquefois son dictaphone dans son sac, la jeune femme se défend de faire de l’art social. C’est bien plus un hommage à ces anonymes qu’elle croise tous les jours et qui mériteraient un peu plus de douceur que ce que la vie leur offre qu’elle entend façonner. Et si sa dernière création, Lady Magma, semble changer radicalement de registre, c’est bien le même langage chorégraphique vibrant, à la frontière de la danse, qu’elle continue de creuser, célébrant cette fois une vision contrastée de la féminité.

«Hard to Be Soft. A Belfast Prayer», le 23 mars au Théâtre Antoine Vitez (Ivry-sur-Seine), du 8 au 12 avril au Théâtre de la Bastille (50 min) • «Lady Magma», les 3 et 4 avril à l’Atelier de Paris – CDCN (1 h)

A voir aussi

« JR » de FC Bergman

Les pièces de FC Bergman ne craignent pas la démesure. Dans Le Pays de Nod, le collectif reconstituait grandeur nature une salle du musée royal des Beaux-Arts d’Anvers. Pour leur adaptation du roman de William Gaddis, il compose un immeuble désossé de plusieurs étages, espace de jeu à tiroirs et support de projection de films tournés en direct. Une scénographie verticale pour rejouer l’ascension fulgurante d’un impitoyable tradeur… âgé de 11 ans.

Du 12 au 16 avril à la Grande Halle de la Villette (4h)

« Méduse » du collectif Les Bâtards dorés

De prime abord, on a l’impression d’entrer au tribunal. Légèrement en hauteur, la juge trône et appelle à la barre Jean-Baptiste Savigny, officier rescapé du naufrage de La Méduse. Sauf que tout va déraper. Depuis les gradins, un marin se lève pour remettre en cause les justifications trop bien huilées de la caste dirigeante. Alors, la logique rationnelle se met à vaciller et nous porte, sans que l’on s’en aperçoive, vers un état trouble flirtant avec la folie.

Du 16 au 19 avril au T2G – Théâtre de Gennevilliers et du 24 au 27 avril au Centquatre (1h45)

Tags:

Vous pourriez être intéressé par