Tapez pour chercher

culturehome Faire OFF Ceci n'est pas du cinéma sélectionhome

Les concerts à voir d’urgence: Tommy Genesis, Scratch Massive et Blu Samu

Partager

De l’insaisissable Tommy Genesis au rap féminin de Blu Samu en passant par l’electro techno de Scratch Massive, on vous dit tout sur les concerts incontournables du mois.

Tommy Genesis : le 22 février à La Bellevilloise

La rappeuse canadienne Tommy Genesis sait détourner le fétichisme hip-hop en leçon d’empowerment féministe, conjuguant manipulation des affects les plus reptiliens et critique de la société du spectacle. Dans le clip de « Tommy », celle qui se présente comme une fetish rapper se filme nue dans une baignoire laiteuse, adoptant les postures lascives de l’imagerie pornographique, tout en évoquant sa solitude et sa précarité (« She drive a Ford, Tommy / She can’t afford Tommy »). Dans celui de « 100 Bad », hymne lancinant du teenage movie American Assassination, elle se joue des codes du luxe et du machisme R&B, en une galerie d’images ambiguës – s’étirant sur un tapis de tampons hygiéniques, flottant dans un costume d’homme dix fois trop grand ou faisant mine d’enfourner dans son vagin des brassées de billets de banque. L’ancienne étudiante en art dit s’inspirer des travaux de Nobuyoshi Araki, de Tracey Emin ou de Richard Prince – dans la vidéo de « Lucky », elle reprend sa série Girlfriends en incarnant une cow-girl hyper sexuée mais portant les attributs de la virilité hollywoodienne: cheval (d’acier), Stetson et six-coups. Sur Genesis, cette fan du groupe punk Melvins est passée du rap expérimental de son premier label Awful Records (Father, Abra) aux bangers du rap et de la trap mainstream, portée par les productions hypnotiques de Charlie Heat, Darnell Got It ou Charli XCX. Posant pour Calvin Klein, ou avec M.I.A. pour une pub Mercedes, ouvrant en 2018 pour Dua Lipa, Tommy Genesis est bien en passe de devenir la Madonna des millenials.

SCRATCH MASSIVE : le 7 mars à La Gaîté Lyrique

Sept ans après Nuit de rêve – disque hypnotique –, une myriade de side projects et un habile tour de piste en solo, Maud Geffray et Sébastien Chenut se retrouvaient cet automne sur l’élégiaque Garden of Love. Groove glacé, sensualité eighties et voix vaporeuses: teintée du soleil de L.A., leur electro-techno façon film noir n’a rien perdu de son aura (pour preuve: « Sunken » ou « Fantôme X ») et invite à poursuivre live cette entêtante rêve party.

BLU SAMU : le 13 mars au Point Éphémère

Le rap belge bouillonne et s’écrit aussi au féminin, entre Shay (ex-protégée de Booba), Coely (déjà adoubée aux États-Unis) et la nouvelle venue: Blu Samu. Épaulée par ses « frangins » du collectif 77, la Belgo-Portugaise a arpenté tous les festivals avec deux EP en poche (dont la pépite Moka), et elle a la cote. Pas étonnant, du désarmant « I Ru » à l’espièglerie laid-back de « Goose », sa fraîcheur rauque et son hip-hop ondulé de soul-funk font des merveilles.

Tags:

Vous pourriez être intéressé par