News

Il y a 6 jours :

Son nom ne vous dit peut-être pas grand chose, mais vous allez vite comprendre pourquoi le réalisateur Ilya Khrzhanovsky (le film 4, extrait ci-dessus) fait depuis quelques années parler de lui. Entre 2009 et 2011, il a tourné le biopic Apocalypse Dau, consacré à la vie du prix Nobel de physique de l’année 1962, Lev Landau. Jusqu’ici, rien d’anormal. Sauf que pour son deuxième film, le cinéaste russe a carrément recréé à échelle humaine le Moscou des années 1950. Où ? Dans la ville ukrainienne de Kharkov. Et l’histoire ne s’arrête pas là : comme l’expliquait le journaliste de GQ Michael Idov dans son reportage inédit, le réalisateur – ou plutôt « Le Patron » – a poussé le vice jusqu’à engager près de 300 personnes à temps plein, renommer l’endroit « L’Institut », n’autoriser que le vocabulaire d’époque, convertir la monnaie en vieux roubles, et obliger ses acteurs à reproduire de manière mimétique la vie des personnages (travail, relations…).

Et comme on n’est pas à une folie près, le récit de la fin du tournage mérite également d’être raconté : Khrzhanovsky a engagé des néonazis afin de détruire le plateau. Tout ça pour quoi ? Bah peut-être pour autre chose qu’un film, d’après le London Review of Books, qui rapporte que le réalisateur aurait dans l’idée d’en tirer un projet artistique… sans représentation publique. On a comme l’impression que cette histoire très louche n’est pas terminée !

😮