Tapez pour chercher

Cinéma Homepage News News newshome

« Domino » de Brian De Palma : ce qu’en pense la presse américaine

Partager

Après avoir visionné le dernier opus de Brian De Palma, la presse américaine a rendu son verdict, et il est quasiment unanime. Domino serait une petit catastrophe. Tour d’horizons des meilleures réactions.

Production chaotique, tournage qualifié d’« horrible » par le réalisateur lui-même, pas de distribution en salles (le film sort directement en vidéo aux Etats-Unis le 31 mai), le dernier thriller international de Brian de Palma prolonge sa réputation de film maudit jusqu’à sa réception. Présenté à la critique américaine mardi dernier, Domino a globalement déçu la presse, qui note que sa genèse compliquée se traduit à l’écran par des maladresses indéniables voire des ratages complets.

Manque d’inspiration, de souffle narratif, d’audaces formelles: rien, du scénario laconique à la mise en scène étriquée, n’a été épargné par la presse. The Guardian relève que le film « manque presque totalement de personnalité », parlant d’un « amateurisme ennuyeux », d’un travail « sans panache » et « cheap » jusque dans son casting fade.

Pour The Hollywood Reporter, le manque de budget évident du film n’excuse en rien la médiocrité du scénario : « Il est facile de concevoir que les problèmes de financement aient pu empêcher De Palma d’exécuter sa vision de manière satisfaisante. Il est plus difficile de comprendre ce qui l’a attiré vers cette histoire obsolète ».

Particulièrement salée, la critique du Screen Daily multiplie les jeux de mots ironiques: « La vengeance est peut-être un plat qui se mange froid, mais Domino la sert comme un ramassis de clichés réchauffés. A la place de son style flamboyant et de sa violence exaltée, Brian De Palma ne livre que des frissons bas de gamme et des stéréotypes laids dans un sac de junk-food ramolli. »  Le New-Yorker clôt sa critique expéditive par cette sentence implacable: « Les personnages pourraient tout aussi bien être des jouets en liquidation, et le gore est répulsif et gratuit », tandis que The Playlist déplore un spectacle bâclé: « Le film semble vaincu avant même de commencer. Dommage, parce qu’on aperçoit des tics de De Palma, tentant de laisser sa marque dans une situation qu’il ne pouvait pas remporter ». 

On a quand même trouvé des fans de la première heure, dont The Film Stage, qui loue un film jouissif et « profondément sérieux au sujet des blessures du terrorisme contemporain ».

Aura-t-on l’occasion de vérifier par nous-mêmes grâce à une sortie VOD? Rien n’est moins sûr.

Image: Copyright Saban Films

Tags:

Vous pourriez être intéressé par