Tapez pour chercher

News

Au festival « Days Off », Keren Ann fait son cinéma

Partager

Dans le cadre de la 8e édition du festival « Days Off », qui se tiendra du 30 juin au 10 juillet, la chanteuse pose ses bagages à la Philharmonie de Paris. Et pour sa carte blanche cinéphile, elle a choisi trois films axés sur les non-dits (projetés au mk2 Quai de Seine).

Au programme, donc, le docu Stories We Tell (2012) de Sarah Polley, que la chanteuse présente en ces termes : « La découverte d’un non-dit, quand on réalise un film sur sa famille, permet de renaître à nouveau, avec des souvenirs qui prennent une nouvelle dimension. La manière dont Sarah Polley le raconte réveille un questionnement qui est à la fois tendre et troublant. »

Dans la même veine, la fiction Brothers (2004) de Susanne Bier  : « La réalisatrice raconte une histoire étrange sur une éventuelle disparition et des liens de famille qui se créent suite à un événement louche. Les valeurs de la famille sont déséquilibrées. Une fois de plus, le méconnu nous laisse nous, spectateurs, sans souffle. »

Enfin, L’homme qui tua Liberty Valence (1962) de John Ford, sur un homme qui prend sur lui les habits d’un héros.  « Comment construire toute une vie, une histoire d’amour, d’amitié ou d’appartenance à une communauté suite à un acte héroïque qui n’est pas le sien ? James Stewart cache un secret pour protéger un héros, le devient et se voit récompenser encore et encore pour quelque chose qu’il n’a pas fait. »

Une programmation ultra mystérieuse. Plus de détails ici.

[emoji]🎞[/emoji]