News

Il y a 4 jours :

danielle

Portrait intimiste et polyphonique visible sur Arte, Danielle Darrieux, il est poli d’être gai ! de Pierre-Henri Gibert s’attache à esquisser les traits d’une actrice anticonformiste. Enfant chérie du cinéma français au visage sibyllin, fausse ingénue qui sous ses traits angéliques a ébranlé les normes patriarcales, Danielle Darrieux, disparue en 2017 au bel âge de 100 ans, se révèle ici dans toute sa complexité. Car loin des conventions du star-système, l’actrice a cultivé une délicieuse insolence: « Si on me regardait trop dans les restaurants je tirais la langue », confie-t-elle face à la caméra de Pierre-Henri Gibert.

Et ses rôles chez Max Ophüls ne diront pas le contraire. Pour le réalisateur, elle a été, successivement, une femme mariée prise dans les tourbillons du désir interdit dans La Ronde (1950), la pensionnaire d’une maison close dans Le Plaisir (1952), une aristocrate génialement amorale dans Madame de… (1953). Sans se perdre dans les détails biographiques encombrants, le documentaire convoque surtout des paroles qui reconstruisent subjectivement l’aura d’une personnalité avant-gardiste qui disait « vieillir est un privilège ». Et c’est sur sa voix, insoumise et nostalgique, que se clôt le film, comme un écho impérissable. A découvrir sur Arte jusqu’au 9 mai.

😍

Suivez-nous !

twitter
instagram