Pablo a interviewé Patrick Cohen dans les locaux de Radio France. Le journaliste de France Inter présente l’émission d’information matinale la plus écoutée de France


Vous avez toujours voulu être journaliste ?
J’ai eu assez tôt cette idée en tête. Vers 14 ans, je lisais Le Monde, et, quand il se passait quelque chose d’important, j’achetais plusieurs quotidiens pour comparer les articles. Un peu plus tard, j’ai étudié le droit, et là j’ai hésité– j’aurais pu choisir d’être avocat, ou juge.

Vous écoutiez la radio aussi ?
Oui, chez moi, il y avait toujours une radio allumée ; ma mère, en particulier, l’écoutait beaucoup dans la cuisine. Étudiant, j’ai animé une émission, et j’adorais ça : parler, partager, passer des disques. Il y en a qui veulent être DJ en boîte ; eh bien moi, c’est à la radio que j’aimais faire ça.

Votre émission commence à 7 heures. Ce n’est pas trop dur de travailler si tôt le matin ?
J’ai un rythme complètement décalé. Mon réveil sonne à 3 heures et j’arrive à 4 heures à France Inter pour une réunion. Retrouver toute l’équipe en pleine nuit pour travailler et faire de la radio ensemble, c’est un moment que j’aime beaucoup.

Donc votre journée se termine à 9 heures ?
Non, quand l’émission est finie, je ne pars pas tout de suite, on discute avec l’équipe. Vers midi, je rentre chez moi dormir deux heures, et puis à 17 h 30 je retourne travailler, mais cette fois-ci à la télévision. J’ai des journées bien remplies !

Vous avez le temps de vous distraire, d’aller au cinéma ?
À part pendant les vacances, j’ai vraiment la tête dans le guidon, mais la musique et le cinéma comptent beaucoup dans ma vie. J’aime les grands classiques, les films de Jean Renoir, Jacques Demy, Franck Capra. Quand j’étais petit, j’adorais le dessin animé Le Livre de la jungle, pour la qualité de la musique et du dessin.

Au mois d’avril, il y a l’élection présidentielle. Est-ce que vous votez ?
Oui, je vote, et ça a toujours été très important pour moi.

Vous interviewez beaucoup de personnalités politiques. Ce n’est pas trop dur de cacher vos opinions quand vous n’êtes pas d’accord avec eux ?
Ah non, pas du tout. Ce n’est pas mon rôle de donner mon avis. Mon travail de journaliste m’oblige à rester neutre et à donner la parole à des invités qui ont des idées différentes, et peu importe ce que je pense.

LE DEBRIEF

« Pour aller au lycée, je me lève à 7 heures, et, même quand je ne suis pas bien réveillé, j’écoute la matinale de Patrick Cohen. C’était amusant de rencontrer quelqu’un que je ne connais pas personnellement mais dont la voix m’est très familière. Je veux devenir journaliste, alors c’était aussi impressionnant, mais il est très souriant et je me suis senti à l’aise. »