Inès a rencontré Arthur de Pins, auteur et réalisateur (avec Alexis Ducord) du film d’animation Zombillénium, une folle aventure dans un parc d’attractions peuplé de monstres.


Tu aimes beaucoup les monstres ?
J’adore les monstres ! Quand j’étais ado, je m’identifiais à eux, sans doute parce qu’ils sont mis à l’écart et incompris. C’est souvent ce qu’on ressent à l’adolescence.

J’ai lu tes bandes dessinées Zombillénium. On retrouve certains personnages dans le film, mais ce n’est pas la même histoire.
Non, on souhaitait vraiment écrire un scénario original, mais on peut quand même imaginer que le film est une sorte de prequel aux BD.

Est-ce que tu t’inspires de gens qui existent pour tes personnages ?
Steven, le méchant vampire, est un clin d’œil à Edward Cullen, le vampire de Twilight. Gretchen, la sorcière stagiaire, est très inspirée d’une copine qui donne l’impression de toujours faire la tête.

Et le directeur du parc ?
Je ne m’en suis pas rendu compte tout de suite, mais Francis ressemble à mon père, à qui il est arrivé la même histoire. Quand j’étais ado, il s’est fait licencier. On le trouvait trop proche de ses ouvriers. Il a été remplacé par un jeune aux méthodes plus dures.

Combien de temps avez-vous mis pour faire tout le film ?
Ça nous a pris cinq ans. On a travaillé pendant près de deux ans sur le scénario et les dialogues, ensuite on a créé les décors, les personnages, le story-board, puis on est passé au travail d’animation, et enfin à l’enregistrement des voix.

Comment faites-vous pour choisir les voix ?
On a fait un casting, on a décidé de ne pas prendre de comédiens connus. On les a sélectionnés juste pour leur voix, pas pour leur notoriété.

En arrivant dans vos bureaux, j’ai vu une société dans la même rue qui s’appelle Hector Saxe, comme le héros de Zombillénium.
Alors là, bravo ! Tu es hyper observatrice, et tu as percé le secret du nom d’Hector Saxe. En fait, on s’est pris la tête pendant des mois. C’était hyper dur de trouver un nom à notre personnage. Et puis, un jour, alors qu’on discutait dans la cour, on a vu cette enseigne d’un fabricant de jeux de société, Hector Saxe, là, juste devant nous. On a décidé que ce serait le nom de notre héros. L’inspiration peut venir de n’importe où, il faut la saisir quand elle est là

LE DEBRIEF

« Pour me détendre, je lui ai tout de suite parlé de son tee-shirt AC/DC. Il était plutôt étonné qu’à mon âge je connaisse ce groupe de hard-rock des années 1970. Arthur adore ce groupe. Moi, c’est mon oncle qui est fan, mais j’aimerais beaucoup les voir en concert. Arthur aussi. Ça nous fait un premier point commun. »


« Zombillénium »
d’Arthur de Pins et Alexis Ducord (Gebeka Films, 1 h 18)
Sortie le 18 octobre
Dès 6 ans