Alors que le rappeur d’Aulnay-sous-Bois sort son deuxième album, Xeu, et qu’il s’apprête à jouer dans la trilogie de courts métrages Je t’aim3, réalisée par les clippeurs Leïla Sy, Cristobal Diaz et Lucas « Kub » Fabiani, il a répondu à notre questionnaire cinéphile, brouillant comme toujours les frontières entre sérieux et absurde.


Trois acteurs à qui tu aimerais dire « bonjour » ?
Leonardo DiCaprio pour Basketball Diaries. Jason Statham pour Hyper tension. Et Bruce Willis pour Die Hard 2. Les trois sont trop beaux. Si j’étais gay, franchement, je serais super attiré par eux. Statham, on l’appelle que pour des blockbusters insupportables, je trouve ça génial. En fait, c’est le nouveau Bruce Willis. Bruce Willis, c’est vraiment le roi des films d’action de merde, je l’aime tellement… et même son doubleur français, tellement intense… D’ailleurs je dirais plus « bonjour » au doubleur français de Bruce Willis qu’à Bruce Willis lui-même.

Tes trois films d’horreur préférés ?
Halloween, Saw et Sinister. Saw, ça m’a traumatisé quand j’avais 11 ans. Et Halloween parce que j’étais un enfant quand je me le suis pris, et c’est chaud… Autant l’original que celui qui a été refait par Rob Zombie. D’ailleurs, tous les films de Rob Zombie sont exceptionnels.

Décris-toi en 3 personnages de fiction.
Jim Carrey dans The Mask, parce que j’ai un autre gars en moi. Samuel Jackson dans Incassable, parce que je suis un peu ce mec qui est énervé contre tout le monde, parce que lui-même est fragile. Et Morgan Freeman quand il joue Dieu [dans Bruce tout-puissant, ndlr].

Trois films que tu aimerais vivre ?
J’aimerais beaucoup vivre la vie de la série Modern Family. Avoir une famille comme ça, avec des gens remariés, des enfants, des homosexuels, je trouve ça vraiment bien. J’aimerais vivre la vie de Rick, dans la série animée Rick et Morty, pour changer de dimension, vivre quarante vies dans une seule. Et celle de Mushu dans Mulan. Je kifferais être une statue immobile, et qu’on m’appelle juste pour aller sonner la cloche.

Trois leçons de vie que tu as apprises au cinéma ?
La première leçon de vie, dans Fight Club, c’est de toujours me demander si c’est vraiment moi. Dans ma vie et celle de mes copains, ça a vraiment tout changé. D’un coup, c’était possible que chacun ne soit pas lui-même, qu’il soit juste complètement schizophrène. Ça te permet de prendre un maximum de recul… Quand j’ai regardé Forrest Gump, j’ai eu des révélations du type : « Putain, quand t’es gentil et que tu fais les choses que t’aimes, l’univers t’écoute et te le rend bien. » Attends, je vais t’en trouver un autre… Dans Scream, de ne jamais dire : « Qui est là derrière la porte ? » Voilà.


Xeu de Vald (Capitol)