Comment repenser les logiques de travail et de programmation d’un centre d’art, tant du point de vue de l’émission que de la réception ? C’est le défi auquel va s’atteler l’Espace Khiasma en 2017.


Olivier Marbœuf, le directeur de cette structure associative, saute le pas en modifiant substantiellement son mode d’organisation et, à terme, de gouvernance. Une dynamique contre-culturelle qui entre en résonance avec d’autres initiatives parisiennes récentes comme La Colonie – conçu par l’artiste Kader Attia, cet « espace de pensée libre et indépendant » associe la convivialité d’un bar-restaurant à la portée sociale et politique de rencontres théoriques et critiques basées sur l’art. À l’heure d’un certain état d’urgence, tant sur le plan culturel qu’économique, et à rebours de la dictature du calendrier culturel, l’Espace Khiasma a souhaité rendre visible la partie immergée de l’iceberg que constituent les phases de recherche et de production artistiques. Ainsi, des groupes de travail vont progressivement occuper le lieu autour de thématiques comme la ville, la voix ou le cinéma documentaire. Au fil des publications et des échanges – notamment sur la web radio r22 Tout-monde – va se former une communauté élargie de spectateurs et d’auditeurs, invitée à son tour à prendre part à l’écriture et la transmission plurielles et polyphoniques d’un nouveau récit dessinant moins les contours d’une utopie que d’un véritable lieu commun. En avant, route !


jusqu’à fin 2017
à l’Espace Khiasma (Les Lilas)