New York, fin des seventies, début des eighties. Après des études aux Beaux-Arts, l’artiste française Maripol, parée de sa plus belle perruque blonde platine, débarque dans ce point névralgique de la scène artistique états-unienne (début du graffiti, scène hip hop et no wave émergentes…) alors qu’elle n’a que 22 ans.


Devenue styliste, elle confectionne le style de Grace Jones, Debbie Harry ou Madonna et, quand elle ne traîne pas au Club 57 ou au Mudd Club, fréquente Andy Warhol et Jean-Michel Basquiat. « Oh, vous savez, New York, dans les années 1980, c’était un petit village ! » nous lance-t-elle avec le plus grand sérieux lorsqu’on hallucine devant le véritable panthéon que forme son expo de Polaroïd aguichants, retravaillés dans une veine DIY et irrévérencieuse (« En ce temps-là, c’était déjà cher les pellicules. Alors, plutôt que de jeter un cliché raté, je le stylisais, je le grattais avec une plume, je les découpais, ou je repassais les visages au spray, au marker, au vernis à ongles. »)  Pas nostalgique (si elle utilise encore le Pola, elle fignole désormais ses photos sur Instagram), Maripol est assez émouvante lorsque, d’un œil pétillant, elle passe devant ses clichés intimes de Vincent Gallo en robe de chambre (« C’était mon amant… Qu’est-ce qu’il était mignon quand il était jeune… »), ou ceux de ses nuits en club avec l’icône punk Edwige, la physionomiste du Palace disparue en 2015, qui lui avait rendu visite à l’époque dans la Grosse Pomme. Ses images les plus fascinantes sont ses autoportraits où elle apparait fantomatique, les yeux rayés d’un trait. « Je suis l’une des inventeuses du selfie » clame-t-elle, malicieuse. Du selfie, ok, mais du selfie barré, comme tous ses clichés.

Bondage Girl 1

Bondage Girl, 80’s

Impression sur papier beaux arts, 2016

40 x 50 cm

Boombox with legs

Boombox With Legs, 1977

Impression sur papier beaux arts, 2016

40 x 50 cm

Istanbul

Istanbul (Vogue), 2011

Impression sur papier beaux arts, 2016

40 x 50 cm

MP Self' Spray copie

MP Self’ Spray, 80’s

Impression sur papier beaux arts, 2016

40 x 50 cm

Maripolarama

Maripolarama, 1977-85

Tirage pigmentaire sur toile 2016

147 x 147 cm

 


« Maripolarama » by Maripol, SX70’s Polaroids/ Agnès B. femme, 6 rue du jour, Paris 1er, jusqu’au 6 mai 2017