Artiste plasticien touche-à-tout, Hoël Duret conçoit peintures, sculptures et installations qui existent de manière autonome en même temps qu’elles constituent le décor de ses films dont l’objet est moins de raconter des histoires que de travailler la matière fictionnelle et l’emmener dans ses retranchements, jusqu’à son point de rupture...


Convoquant autant le théâtre de l’absurde de Samuel Beckett que le cinéma de Jacques Tati ou la littérature de David Foster Wallace, ses films « dramatiques » livrent une vision à la fois drôle et critique sur le (post-)modernisme et ses déboires, empêtré dans une mécanique mercantile qui vend du rêve à tout va. À l’image des processus d’appropriation et de reprise qui (re)produisent de nouvelles formes syncrétiques, tant séduisantes que monstrueuses, Hoël Duret procède par exacerbation et saturation, injectant dans ses réalisations une profusion de références culturelles. Dans sa nouvelle exposition personnelle « Too Dumb to Fail », il nous embarque à bord du paquebot où se déroule l’intrigue de son prochain film, spoilée par un tuyau de plomberie parlant… Cap au pire !

FINAL

Le barman et la femme de chambre dans Too Dumb to Fail (2018)

« Ces deux personnages font partie de l’équipage du paquebot sur lequel Harvey, journaliste trentenaire désabusé, embarque avec le projet de le faire couler. Je me suis inspiré du film inachevé d’Henri-Georges Clouzot, L’Enfer, dont l’histoire d’amour et de jalousie est mise en scène par le truchement d’effets visuels issus de techniques de l’art cinétique étudiées par le chef opérateur. Par un ensemble de jeux de lumière et de maquillage, il s’agit ici de créer un trouble signifiant que quelque chose ne tourne pas rond et s’apprête inexorablement à vriller et en l’occurrence, à échouer. »

04. NFT_pH_7,_2017,_extrait_video,_Hoël_Duret_©_ADAGP,_Paris_2017_preview

NFT pH<7 (2017)

« Dans tous les jardins publics, on retrouve une zone dédiée aux plantes « exotiques », sorte de gimmick botanique cheap héritier malgré lui de la longue histoire du paysage. Lors d’un festival électro qui se déroule l’été dans un parc, j’ai créé une fausse serre abritant une nature mécanisée, hyper connectée : une biosphère aseptisée dans laquelle apparaît une sorte de nymphe néo-hippie qui vient prendre soin des plantes avant de rejoindre la fête et sa « communauté ». En les exacerbant, je m’amuse à désamorcer les clichés d’une certaine imagerie pseudo psyché-futuriste un peu ringarde qu’on retrouve notamment dans certains films de science-fiction des années 1980 comme Mad Max. »

 

05. UC-98_Decompression,_2016,_extrait_video,_Hoël_Duret_©_ADAGP,_Paris_2016_preview

UC-98 Decompression (2016)

« Point final du projet UC-98 autour du monde sous-marin, ce film a pour personnage principal une sirène à la retraite qui, filmée chez elle, raconte avec sérieux sa vie de sirène. Un récit aussi surréaliste que vrai recomposé à partir de témoignages d’élèves de l’école de sirènes implantée depuis 1947 dans le parc d’attraction aquatique Weeki Wachee en Floride. Comme pour appuyer massivement son propos, des plans de coupe la montrent déambulant dans l’architecture utopiste de Ricardo Bofill à Noisy-le-Grand, considérée comme un véritable échec et utilisée comme décor futuriste de plusieurs films dystopiques à l’instar de Brazil de Terry Gilliam. Ou comment la réalité ne correspond pas toujours aux projections initiales et tente aussi, par ailleurs, de rejoindre la fiction des mythes et figures les plus populaires. »

 

06.1 La_Vie_Héroïque_de_B.S._-_Un_opéra_en_3_actes,_2013_-_2015,_extrait_vidéo,_Hoël_Duret_©_ADAGP,_Paris_2015_preview

La Vie Héroïque de B.S. : Le dilemme de l’œuf (2014)

« À la manière d’une sorte de Facteur Cheval du design, B.S. s’emploie à réaliser la délicate synthèse des objets phares qui ont peuplé les intérieurs au cours du XXe siècle. Le dilemme de l’œuf, second des trois actes qui constituent cet opéra vidéo, montre les multiples tentatives et manipulations de B.S. et de son équipe pour redessiner un œuf de poule de sorte à en optimiser le conditionnement et le transport. Une mission impossible qui, dans un style très référencé au cinéma de Jacques Tati, et en particulier à son film culte Playtime, moque les excès et les ratés du modernisme. »

 

07. La_Vie_Héroïque_de_B.S._-_Un_opéra_en_3_actes,_2013_-_2015,_extrait_vidéo,_Hoël_Duret_©_ADAGP,_Paris_2015_preview

La Vie Héroïque de B.S. : Les sirènes de Corinthe (2015)

« Dans le troisième et dernier acte, B.S., en pleine crise de foi quant à l’origine des formes, part en Grèce : un voyage tel un retour aux sources qu’incarnerait la colonne dorique. Peu à peu gagné par la folie et le désespoir, il se lance dans l’exercice de la sculpture comme dans une quête spirituelle et conceptuelle de LA forme. Tourné dans un décor de désert délibérément pauvre dont le fond noir vient surjouer le côté fake du studio de cinéma ou de la mise en scène de théâtre, cet épilogue montre l’errance de B.S. qui atteint ici avec superbe les sommets de la loose et finit par sombrer. »


« Too Dumb to Fail » d’Hoël Duret
Jusqu’au 17 mars à Galerie Edouard Manet (Gennevilliers)