Rage fiévreuse, extrême sensibilité, poésie de la déglingue et questionnements vivifiants sur les genres et la sexualité, l’EP Kid d’Eddy de Pretto, entre rap et chanson française, impose un style hors norme et fascinant qui, à la rédac, nous a clairement emporté. On a demandé à l’artiste ce que sa musique donnerait sur grand écran.


« Si mon album était un film, il serait l’uppercut en douceur et la passion de Billy Elliot de Daldry, la rage innocente de Mommy de Dolan, la sexualité omniprésente des Chansons d’amours de Honoré et l’urgence de La Guerre est déclarée de Donzelli dans le décor de La Haine de Kassovitz. Il serait également en noir et blanc et j’en serais le rôle principal. On me suivrait souvent la nuit, dans mes quêtes, mes déboires et mes perditions. Peu de dialogues, simplement du souffle qui représenterait cette envie fulgurante de conquête. Ça serait un court métrage et la fin serait à définir, au choix du spectateur : « Va-t-il réussir? »


« Kid » d’Eddy de Pretto, disponible