Damso, Shay, Hamza, Roméo Elvis... Le rap belge a le vent en poupe. À tel point que l’on parle désormais moins de rap français que de « rap francophone ».


Certes, le plat pays de Jacques Brel n’a évidemment pas attendu 2016 pour se mettre au hip-hop – on se rappelle Benny B, au début des années 1990. Mais Internet décloisonne la musique, et, l’an dernier, il fallait être sourd pour ne pas remarquer la belle déferlante belge. « Ça ne me surprend pas, commente Damso, en haussant ses larges épaules, il y a du talent. Mais c’est un peu dommage de nous mettre tous dans le même panier, car on a chacun notre style. » Effectivement, il y a un monde entre les gimmicks à la sauce Atlanta de Hamza et les envolées afro-pop de Shay. Idem entre le gendre idéal Roméo Elvis (lauréat de trois Red Bull Elektropedia Awards, les Victoires de la musique belges, en 2016) et le bad boy Damso (Disque d’or en France avec Batterie faible), comme en témoignent leurs hymnes respectifs à Bruxelles : là où Roméo Elvis cultive le politiquement correct décontracté (« Bruxelles arrive, on est serrés dans une caisse »), Damso multiplie les punchlines hardcore sur « Bruxelles Vie ». « L’idée était de planter notre étendard pour mieux aller de l’avant, avec de la bonne musique, précise Damso, mais pas de dire qu’on fait du “rap belge”. Carcan inutile. Est-ce qu’on passe son temps à rappeler à Drake qu’il est canadien ? Trop revendiquer son lieu d’appartenance, c’est se sous-estimer. » Biberonné à 50 Cent et adoubé par Booba, Damso respecte ceux qui tracent leur voie en solo. « Avec le succès de Batterie faible, j’ai perdu beaucoup de gens. La question de rester soi-même malgré les tentations s’est posée. D’où le titre de l’album, Ipséité, qui renvoie à l’essence de la personnalité. » Ce lecteur de manuels de développement personnel est loin d’être rassasié. « Le jour où je ferai un morceau avec Rihanna et qu’on trouvera ça normal, là, O. K. ! Je veux faire une musique qu’un Américain pourra apprécier, comme moi j’apprécie la musique non francophone. » Riri, si tu nous lis.


« Ipséité » de Damso (Capitol)

« Morale 2 » de Roméo Elvis et Le Motel (Daring Music) •

« Jolie Garce » de Shay (Capitol)

« Zombie Life » de Hamza (Unilab)