À l’occasion de la 20ème édition de Paris photo au Grand Palais, deux projections exceptionnelles de White Noise, portrait trouble de la prostitution dans plusieurs pays par le photographe français Antoine d’Agata, seront organisées au mk2 Grand Palais.


White Noise

À l’occasion de la 20ème édition de Paris photo au Grand Palais, deux projections exceptionnelles de White Noise, portrait sans fard et sulfureux de la prostitution dans plusieurs pays par le photographe français Antoine d’Agata, seront organisées au mk2 Grand Palais. Dans le sillage des photographes Nan Goldin ou de Larry Clark (dont il a d’ailleurs suivi les cours à l’International Center of Photography à New York), l’expérience est au cœur du travail d’Antoine d’Agata. Le photographe n’est pas qu’un simple observateur, il participe à ce qu’il capture avec son Leica ou son Polaroïd au hasard des rencontres et des voyages. Pour ses clichés obscurs, à l’esthétique brute et fiévreuse jouant souvent sur les zones de flous, comme pour adoucir le caractère cru de ce qu’il montre, il s’immisce dans des mondes souterrains liés à la prostitution et aux drogues. Également auteur de films (El cielo del muerto, 2005, Aka Ana, 2008, et Atlas, 2013), d’Agata propose avec White Noise un prolongement cinématographique de son travail à travers une succession de 25 portraits de prostituées à travers le monde (Cambodge, Cuba, Ukraine, Norvège, Brésil…), dans lesquels il recueille leur parole et filme leur corps dans des instants de paroxysme sexuel ou narcotique.


A découvrir le 10 novembre à 18h et le dimanche 13 novembre à 14h au mk2 Grand Palais.