Après des années de galère, Ricardo Valdez Valentine semble enfin avoir tiré le bon numéro : le sien, son 6 fétiche, celui de la zone 6 d’Atlanta où il a grandi et qui forme le b stylisé de son nom de scène, 6lack.


Adieu l’époque où le rappeur épris de numérologie dormait dans la rue pour pouvoir enregistrer en journée dans un studio à Miami. Derrière lui, également, le spectaculaire accident de voiture dont il s’est par miracle sorti indemne. Quant à ses interminables ennuis avec son ancien label – cinq ans sans sortir de musique, une éternité dans le rap game –, pareil, de l’histoire ancienne ; c’est devenu la sève revancharde de son inspiration musicale. Car aujourd’hui le vent a changé de direction. Les marqueurs de succès commencent à s’accumuler pour le rappeur de 25 ans, avec un single certifié platine aux États-Unis (« Prblms»), un duo avec la diva Jhené Aiko et, cerise sur le gâteau de la hype, une tournée avec The Weeknd en 2017. À écouter son premier album, Free 6lack (2016), le rapprochement avec la star canadienne paraît tout à fait logique. On retrouve chez l’Américain un goût pour les chansons d’amour amères emballées dans un groove froid et magnétique. Admirateur de Sade (la chanteuse), le crooner ajoute à cet écrin R&B son background de MC. Car ça ne saute pas forcément à l’oreille, mais le clash a toujours été son terrain de jeu préféré. Un jour, il a même croisé le fer avec Young Thug, comme en atteste une vidéo sur Internet. Atlanta n’a pas fini de nous ambiancer.


le 20 janvier
à l’Élysée Montmartre

«Free 6lack» (LVRN/Interscope)