Tapez pour chercher

Cinéma Décryptage dossiershome

ZAO: l’app chinoise qui remplace le visage d’un acteur par le vôtre

Partager
Zao app via Apple Store

La technique du deepfake va-t-elle bouleverser le cinéma? La question se pose après le succès fulgurant ces derniers jours en Chine d’une application pour smartphone.

Avouez, en regardant Titanic, vous vous êtes déjà secrètement imaginé être à la place de Leonardo DiCaprio ou Kate Winslet surplombant l’océan Atlantique. Ce rêve est désormais à votre portée grâce à l’application chinoise Zao, devenue en un temps record le jouet préféré des utilisateurs de smartphone dans le pays.

https://twitter.com/AllanXia/status/1168049059413643265

Deux jours après sa mise en ligne sur l’App Store chinois, le 30 août dernier, Zao s’est hissée à la deuxième place des applications gratuites les plus téléchargées: un succès instantané, très vite suivi d’une polémique concernant les conditions d’utilisation des données des utilisateurs et sa politique de confidentialité.

Le deepfake, des estrades politiques aux plateaux de cinéma

Zao repose sur la technologie du « deepfake » (littéralement « permutation intelligente du visage »), qui permet de modifier une vidéo en substituant des visages par exemple. Le principe du deepfake a déjà fait les gros titres avec des discours modifiés de Barack Obama et dans le domaine du porno.

L’application (en accès libre si vous avez un compte et une adresse mail chinoise) consiste donc, à l’aide de l’intelligence artificielle, à permuter le visage de l’utilisateur avec celui d’un acteur de film, ou de n’importe quelle autre personne figurant dans une vidéo en accès libre (un clip, une vidéo YouTube par exemple).

Autant dire que les internautes se sont empressés d' »emprunter » l’identité de nombreuses personnalités, ce qui a donné lieu à toute une série de vidéos virales assez impressionnantes, la plupart dans un but ludique, quand d’autres ont utilisé l’outil de façon ironique ou politique – comme cet internaute qui a remplacé le vrai visage des acteurs de Game of Thrones pour les remplacer par des interprètes asiatiques, soulignant le manque de diversité à Hollywood.

https://twitter.com/AllanXia/status/1168092238770921472?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1168092238770921472&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.dailydot.com%2Funclick%2Fchinese-deepfake-app-zao%2F

Si le phénomène de la modification d’image à la volée sur smartphone n’a rien de nouveau -à l’été 2019, Face App, l’appli russe qui permettait de se voir vieilli de 40 ans en un éclair, utilisait déjà les mêmes principes-, Zao a rapidement déchaîné les passions en raison de son hyperréalisme et de l’utilisation de matériel vidéo.

Comment l’appli chinoise a-t-elle réussi à créer un tel degré d’illusion? En perfectionnant son système technologique, grâce à une base de données photographiques plus élargie: comme l’explique The Guardian, Zao demande à ses utilisateurs non pas d’enregistrer un simple selfie, mais de fournir une série de poses sur lesquelles il doit réaliser plusieurs expressions faciales (bouger la bouche, cligner des yeux) afin que le visage soit plus mobile et colle au personnage, dans n’importe quelle situation.

Bien-sûr cette efficacité a un coût: les conditions d’utilisation de Zao stipulent, de façon assez inquiétante, que la société dispose de droits « gratuits, irrévocables, permanents, et transférables » sur tout le contenu généré. Autrement dit, votre visage pourra être réutilisé dans n’importe quel contexte sans que cela vous soit notifié, dans des vidéos aussi fausses que crédibles.

Une politique d’utilisation vite critiquée dans les avis de l’App Store, comme le rapporte Bloomberg, et qui a poussé la compagnie à rectifier le tir en déclarant qu’elle n’utiliserait plus de photos et vidéos de ses membres à d’autres fins que l’amélioration de l’application. Ce qui n’a pas empêché WeChat, messagerie via laquelle les utilisateurs s’envoyaient des gifs de leur vidéo, d’annuler ses arrangements avec Zao.

De nouveaux enjeux artistiques

Cette type de performance technologique, déjà visible au cinéma -la technique cousine du « de-aging » (rajeunissement numérique du visage des acteurs par effets spéciaux) a été utilisée sur plusieurs Marvel, Star Wars et le prochain film de Martin Scorsese The Irishman, soulève d’autres enjeux artistiques et éthiques.

Le cinéma va-t-il s’emparer du phénomène et le mettre à disposition du spectateur? Au point que n’importe quelle personne lambda pourra devenir le protagoniste de son film ? S’il se généralisait, le procédé conduirait-il à la mort des acteurs en chair et en os, remplacés par des doubles virtuels qui ne seront rien d’autre que nos propres visages?

En 2013, on se posait déjà ces questions dans notre dossier Les acteurs numériques vont-ils remplacer les vrais comédiens?, à relire juste ici puisqu’il est plus que jamais d’actualité.

http://www.troiscouleurs.fr/cinema/decryptage-les-acteurs-numeriques-vont-ils-remplacer-les-vrais-comediens/
https://issuu.com/troiscouleurs/docs/112_web

 

 

 

Tags: