Pour son premier poste, Anders, instituteur danois, part enseigner au Groenland dans un village de quatre-vingts habitants.


Pour son premier poste, Anders, instituteur danois, part enseigner au Groenland dans un village de quatre-vingts habitants.  Choc thermique, barrière linguistique, préjugés culturels : l’enthousiasme initial laisse vite place au désarroi. Comment pourrait-il 
en être autrement lorsque les enfants inuits, qui se méfient d’Anders et de son « regard de Danois », préfèrent chasser en traîneau en famille plutôt qu’aller à l’école ? Comme on peut s’y attendre, l’expérience se révélera riche d’enseignements pour les élèves comme pour le prof. Tourné dans des paysages à l’intimidante majesté, ce récit initiatique emprunte certes des chemins balisés, mais, en mêlant de manière rafraîchissante documentaire et fiction, Collardey (L’Apprenti, Tempête) parvient à renouveler le genre. Le scénario de son quatrième long métrage repose en effet sur un patient travail d’observation, mené auprès d’individus qui jouent ensuite peu ou prou leur propre rôle. Ce dispositif original ne serait pas si fécond sans la délicatesse du regard du cinéaste, qui possède les mêmes qualités que son attachant héros : la curiosité et l’obstination.


: de Samuel Collardey
Ad Vitam (1 h 34)
Sortie le 30 mai